La loupe : L’amnistie est déjà remplacée

1 232

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ceux qui jubilent à l’idée que le chef de l’Etat a opté pour l’amnistie des béninois ayant des démêlés avec la justice ont raison de jubiler, car le pays vient de loin. Ceux qui sont contents d’apprendre que le exilés politiques reviendront tous au pays et jouiront désormais de leurs droits civiques n’ont pas tort. Le pas est grand et salutaire. Mais ceux qui pensent que de ce fait leurs candidats sont de ce fait déjà éligibles pour la présidentielle de 2021 se plantent. Pour ça il y a encore du chemin.

 

En remplacement de tous ces allègements, il se projette que les candidats doivent être coptés par les élus. C’est la nouvelle trouvaille. En dehors des mesures compliquées qui consistent pour les partis politiques à remplir des critères interminables avant de tenir debout comme un parti, il sera proposé et voté une disposition légale qui exige d’un candidat à une élection présidentielle de recueillir les signatures de plusieurs élus. Le nombre est- il explicitement défini ou ce sont les députés qui vont le définir? Dans le contexte de méfiance où se trouve le pays, actuellement quel élu osera par exemple porter son choix sur un candidat de l’opposition?

 

Où est ce qu’il va se faire délivrer les pièces à réunir pour l’opération proprement dite? Quel chef d’arrondissement, quel tribunal ou quel maire va l’aider à l’obtenir?

 

Combien parmi les élus vont courageusement aller dans le sens voulu par leur volonté? Leur conviction et leur foi?

 

Est-ce que la chose n’a pas été préméditée pour avantager seulement les grands partis, et aujourd’hui les partis officiellement reconnus?

 

Attendons de découvrir le nombre qui sera inscrit dans la proposition de loi.

 

Est-ce que ça ne va pas être un autre machin bien ficelé qui ne tient compte que des partis actuellement en vue.

 

Si tel est le cas, on a laissé le mouton mais on a gardé la corde nouée à son cours, ou alors on a laissé la corde pour garder le mouton.

 

Et là il y a maldonne.

 

L’affaire devient incomplète.

 

Cependant, le pays entier souhaite que ces déductions soient fausses et que l’esprit Bénin revienne.

 

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite