Test de popularité manqué hier : Adam Bagoudou, toujours indésirable à Tchaourou

1 752

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les législatives exclusives et la crise politique meurtrière font désormais partie du passé, mais les rancœurs y afférents, demeurent vivaces, au sein des populations. Et pour cause, le député Adam Bagoudou, originaire de Tchaourou, n’a pas manqué pour une nouvelle fois, de subir hier, mardi 15 octobre 2019, des représailles au cours d’une cérémonie musulmane le concernant, où il a simplement été congédié par les siens.

 

Décidément pour l’honorable Adam Bagoudou, à Tchaourou, d’où il est pourtant originaire. Après que sa maison et quelques-uns de ses biens matériels à Tchaourou, ont été incendiés et vandalisés lors des manifestations post-législatives, l’homme vient d’être à nouveau vexé, par la même population de son village. En effet, alors que le député assistait à une cérémonie de prière à l’intention de sa tante décédée dans son village natal, il a purement et simplement été invité par une frange de jeunes autochtones, à vider les lieux. Ceci, alors que ladite cérémonie, venait juste de commencer. Pour ces jeunes, il n’est pas question que ce fils du terroir  assiste à une quelconque cérémonie ou manifestation, à Tchaourou, quelle que soit l’occasion. Irrités et très menaçants, les négociations et autres formes de supplices et de plaidoyers, n’ont pu faire changer d’avis ces jeunes, dont la présence de leur frère n’était plus convenable à Tchaourou. Sans tergiversation aucune, Adam Bagoudou n’a eu d’autre choix que d’obtempérer, en quittant les lieux avec empressement avec toute sa délégation sans même attendre la fin de l’évènement, de peur de subir une situation fatale à son honneur et à sa personnalité. Ce déculotté caractérise ainsi à tort ou à raison, l’échec de sa première sortie officielle chez lui, depuis ces élections législatives nourries de controverses. Une preuve de plus, que Tchaourou n’a toujours pas digéré la manière dont leur fils a tourné dos à ses anciens affidés et ténors politiques.

 

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite