Dialogue politique : Patrice Talon reconnaît le tort causé par les lois électorales

664

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Président de la République, Patrice Talon, a procédé à l’ouverture du dialogue politique ce jeudi, 10 octobre 2019 au Palais des Congrès à Cotonou. Et dans son message face aux leaders des partis politiques conviés, le Chef de l’Etat a reconnu que la réforme du code électoral et de la Charte des partis politiques a causé du tort à certains partis, n’ayant pas pu prendre part aux dernières élections législatives…

« Notre pays nous appelle au réalisme, à la solidarité, à la cohésion. Aussi indiqués qu’ils puissent paraître, notre charte des partis politiques et notre code électoral nous ont causé du tort, parce que bon nombre d’entre nous, à la mise en œuvre, ne s’y sont pas retrouvés » a déclaré le Président de la République, Patrice Talon dans son discours. Toute chose qui justifie l’initiative du présent dialogue. Car selon le Chef de l’Etat, il importe que les acteurs politiques se retrouvent pour apprécier leur application, réfléchir et échanger sur les adaptations possibles à y apporter en vue d’une meilleure et réaliste organisation de l’espace politique et de la compétition politique. Ceci, pour favoriser le renforcement de l’unité nationale et de la concorde, tout en préservant l’indispensable assainissement des pratiques politiques. « Le dialogue politique auquel je vous convie trouve sa justification dans la volonté de notre peuple de voir ses acteurs politiques se hisser à la hauteur des défis qu’imposent la construction de l’Etat et la consolidation de la nation. Il s’inscrit dans mon souci permanent d’associer les acteurs politiques à la recherche des compromis aux questions politiques essentielles, notamment électorales, dont la résolution est indispensable à notre cohésion et à notre marche vers le progrès. Sa finalité réside dans les recommandations responsables qu’il vous appartiendra de formuler à mon endroit » précise davantage le Chef de l’Etat, Patrice Talon. Mais il insiste sur la nécessité de réformer le système partisan au Bénin pour mettre fin aux pratiques qui retardent le développement national et les conditions de la prospérité. Ainsi, les délégués des partis politiques sont invités à saisir la présente occasion pour explorer toutes les pistes possibles d’amélioration de l’arsenal juridique régissant le dispositif électoral et formuler des recommandations pertinentes.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite