Showbiz Béninois : « Artistes ingrats ou Producteurs malhonnêtes ? »

210

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis des lustres, le tableau du monde du showbiz présente souvent des cas de divergences entre producteurs et artistes même souvent avec les managers. Mais nous allons nous attarder sur le cas d’artistes et producteurs Béninois.

 

A l’origine, voici ce que disent les artistes: « Papa mon producteur par-ci », « papa mon producteur par-là ». Ils sont copieusement dociles en quête de succès. Ils signent des contrats sans vraiment savoir le pour et le contre, pourvu qu’ils aient la notoriété et la célébrité. Ils acceptent tout au commencement et respectent les clauses du contrat. Il faut également noter que quelquefois l’artiste vit aux dépens de son producteur c’est-à-dire le loyer, le manger, le transport, même jusqu’à le vêtir qui est un besoin de première nécessité. Dès que le succès frappe à la porte, parcourt les grandes scènes, des tournées à l’international, ce qui favorise la création d’un réseau d’amis, en ce moment les yeux s’ouvrent grandement. C’est en ce moment que tout bascule, l’artiste veut voir clair dans l’affaire. Les charognards du showbiz, communément appelés les « détourneurs » s’y invitent et le morceau choisi est : « avec votre succès, vous ne roulez même pas de belles voitures. Vous vivez toujours dans le même quartier. Ce qu’il vous a promis ce n’est pas ce qu’il fait. C’est vous qui chantez oh!!! Ne sortez pas perdant dans l’affaire. Votre producteur vous vole ». Tout cela à la grande émotion de certains de ces producteurs, parfois de bonne foi; qui ont maille à partir avec leurs artistes. Des artistes sur qui, ils auraient misé un gros magot nonobstant l’industrie musicale qui se meurt. L’artiste use parfois de sa notoriété pour procéder à des campagnes de diffamation pour clamer haut et fort ceci « mon producteur me vole ». Souvent, certains producteurs, en plus des cachets de l’artiste dans lequel ils ont leur part, veulent que tout passe par eux. Même sur les dons faits à l’artiste par des autorités, ils réclament bec et ongle leur part. La presse est alors sollicitée. Pour des choses qu’on pouvait régler entre père et fils. Oui les producteurs malhonnêtes, il en existe partout. L’artiste peut vouloir à un certain moment, voler de ses propres ailes mais se trouve bloquer par les termes d’un contrat qu’il a lui-même signé. L’artiste prend alors le risque de rompre le contrat au détriment du producteur pour poursuivre sa carrière. Qu’échoie que pourra. C’est pour cela qu’il est bien indiqué pour nos artistes d’être bien entourés dès le départ de leur carrière et non par des amis de quartier ou d’enfance qui n’ont aucune notion du showbiz et du droit. Pour éviter de signer des contrats qu’on regrette plus tard.

 

 

Kamar ADJIBADE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite