Lutte contre la criminalité faunique à Banikoara : 3 présumés trafiquants arrêtés

630

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Nouvelle arrestation de présumés trafiquants de pointes d’ivoires d’éléphant. Il s’agit de trois (03) personnes qui tentaient de commercialiser à Banikoara, une ville située dans le département de l’Alibori au nord du Bénin, quatre (04) pointes d’ivoires d’éléphant dont deux grosses (coupées en deux) et deux petites pointes, le tout pesant 26,5kg. Ils ont été pris en flagrant délit par une équipe mixte composée des éléments du Parc W, ceux de l’inspection forestière, la police Républicaine de Kandi avec la collaboration technique du Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (Aalf-Benin). De sources renseignées, cette arrestation qui a eu lieu dès les premières heures du vendredi 27 septembre 2019, vient à nouveau mettre en difficulté les individus qui menacent le patrimoine faunique de la sous-région, et confirme la volonté du gouvernement du Bénin de mettre hors d’état de nuire les ennemis de la faune. Ces quatre pointes saisies sont synonymes de deux éléphants abattus. Or, l’éléphant est une espèce intégralement protégées et nul n’a le droit de détenir, de faire circuler et de commercialiser ses trophées. Au regard de la loi 2002-16 du 18 octobre 2004, ces présumés trafiquants, dès que la justice va prouver leur culpabilité, devront payer une amende de 100.000F à 500.000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans. Les activistes ont toujours souhaité qu’il y ait « Tolérance Zéro » pour les crimes environnementaux. C’est sans doute le choix de la rupture qui attache du prix aux espèces intégralement protégées comme l’éléphant qui fait partie des cinq animaux sauvages les plus recherchés dans un parc. Il faut donc une application rigoureuse des lois environnementales pour décourager les trafiquants et valoriser les ressources naturelles des aires protégées. Vivement que le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable et ses structures sous tutelle suivent particulièrement ce dossier afin de décourager les potentiels trafiquants de pointes d’ivoires encore tapis dans l’ombre.

Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite