Limogeage des chefs d’établissements pour insuffisance de résultats : Anselme Amoussou et Noël Chadaré se prononcent…

699

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le ministre de l’enseignement secondaire a déchargé plusieurs chefs d’établissements scolaires pour insuffisance de résultats. Une décision que désapprouvent les secrétaires généraux de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), Anselme Amoussou et de la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), Noël Chadaré…

 

Pour Anselme Amoussou, il s’agit d’une décision injuste. Dans son intervention sur la radio nationale, cette décision, selon lui, est une « manière de stigmatiser les chefs d’établissements », car, à son avis, ils ne sont pas les seuls fautifs. Intervenant sur la même radio, Noël Chadaré, estime qu’il importe de s’interroger sur l’impact de cette mesure qui consiste à décharger des responsables d’établissements scolaires depuis deux ou trois années. A l’en croire, cela est encore loin d’être la solution. « Il faut aller voir ce qui fait qu’il y a ces résultats dans ces milieux-là. Est-ce que toutes les conditions sont réunies effectivement pour qu’on puisse sanctionner ces directeurs ? Est-ce qu’ils ont le matériel pédagogique qu’il faut ? Est-ce que les subventions sont arrivées à temps pour qu’ils puissent avoir les intrants pédagogiques ?», s’interroge le secrétaire général de la Cosi-Bénin. Et de poursuivre : «Une mission égale des moyens et des hommes. Mais est-ce qu’on a les moyens financiers qu’il faut ? Est-ce qu’on a les hommes qu’il faut ? Est-ce qu’on a les matériels qu’il faut d’abord ? Nous devons régler ces problèmes avant de sanctionner les gens». Même son de cloche de la part du Sg/Csa-Bénin.   « Un établissement… c’est un environnement avec les moyens de bord ; parfois sans enseignants, parfois sans l’accompagnement du milieu, de l’administration et des parents. Aujourd’hui, c’est lui seul qui doit en pâtir ? Quand vous venez à la tête d’un établissement, vous héritez d’une situation que vous n’avez pas forcément créée», explique Anselme Amoussou.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite