Nouveau contrat de gestion de la société distributrice d’électricité : Ce qui va se passer à la Sbee

1 312

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

En conseil des ministres mercredi 11 septembre 2019, le gouvernement a fait un point d’étape du processus de réforme en cours à la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). Les résultats du processus de sélection d’un opérateur du contrat de gestion et d’un auditeur des contrats pour la gestion de la Sbee ont été présentés. « Dans le but de consolider les réformes en cours à ladite Société, afin d’assurer durablement sa bonne gestion pour de meilleurs services aux consommateurs, il s’est avéré indispensable de recourir à un contrat de gestion et à un auditeur des contrats. Au terme du processus de passation de marchés engagé à cet effet, la Société canadienne « Manitoba Hydro International Ltd. », et le Groupement « Société Française de Réalisation d’Etudes et Conseil (SOFRECO)/AAA-KPMG Togo » ont été déclarés adjudicataires provisoires respectivement pour l’Opérateur du contrat de gestion et l’Auditeur des contrats. Ces résultats ont reçu l’avis de non-objection du Millennium Challenge Corporation (MCC), qui a été consulté, dans le cadre du partenariat en vigueur. Le Conseil tient à préciser que cette réforme dont le but n’est autre que la recherche de l’efficacité de gestion, n’induit pas une privatisation de la Sbee. La société ainsi que son patrimoine restent et demeurent la propriété de l’Etat béninois. Aussi, prenant acte des résultats du processus, le Conseil a-t-il instruit les Ministres concernés à l’effet de procéder à la signature des contrats qui en résultent et d’installer le Comité de Suivi et de Contrôle des contrats, puis de procéder à la nomination de son président ». Ainsi présenté, la réforme à la Sbee ne manque de susciter des préoccupations dans l’opinion. Que deviennent alors les membres actuels du staff dirigeant de la Sbee ? Est-ce qu’on va vers une hausse des prix de fourniture du courant électrique ? Dans le but de mieux comprendre et d’informer nos lecteurs, votre Journal Matin Libre a contacté une source bien introduite dans le secteur de l’énergie électrique. D’entrée, la notion de contrat de gestion a été clarifiée. Il faut retenir que c’est l’exploitation et la maintenance du service à un opérateur privé pour une durée de trois à cinq ans (4 ans dans le cas du Bénin). Une équipe de cadres, détachée par l’entreprise privée est placée aux postes de direction de l’entité publique pour l’appuyer dans la gestion du service. Dans ce type de contrat, l’opérateur n’a aucun investissement à réaliser, l’ensemble des investissements reste à la charge des autorités publiques. Ce type de contrat permet d’améliorer l’efficacité de la gestion du service. L’opérateur transfère au service public un savoir-faire et des méthodes de fonctionnement pour mieux gérer les infrastructures  leurs et les ressources existantes, à savoir sécuriser l’approvisionnement en eau, protection de l’environnement, etc.), et pour lui permettre d’optimiser le rapport qualité/coût (réduction des coûts à qualité constante dont l’usager entend bénéficier. Cette forme de contrat est principalement utilisée dans les situations où l’objectif est d’augmenter rapidement les capacités techniques du service et de mettre  en place une gestion plus efficace. « Laurent Tossou ne sera plus Dg », a fait savoir notre source. Il ajoute que «  le gouvernement va nommer un nouveau Dg sur base des propositions de ‘’Manitoba’’. Le personnel reste Sbee. Seule l’équipe dirigeante change ». Au sujet de la hausse ou non des prix dans les mois, voire années à venir, la personne ressource contactée par Matin Libre indique que le réajustement tarifaire n’a aucun rapport avec le contrat de gestion. « Depuis juin 2018, le gouvernement a adopté en conseil des ministres, le principe. La Sbee n’a pas augmenté les tarifs depuis 10 ans. Pour qu’il y ait ajustement, la Sbee doit faire une requête motivée à l’Autorité de régulation (Are). Au regard des investissements effectués, les besoins, l’Are fait des consultations et transmets au gouvernement si elle estime que c’est raisonnable, et le gouvernement tranche », a-t-elle clafrifié.

 

J.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite