La loupe : La Rupture fait-elle la promotion de l’infidélité politique?

316

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le  président Patrice Talon a opté depuis environ deux ans pour la récompense des hommes politiques sans conviction et sans boussole. Il s’est fait et se fait entourer au fur et à mesure que son mandat  progresse vers la fin de ses pires adversaires politiques.

Dans tous les compartiments de la vie politique nationale, ses alliés les mieux  logés et les plus en vue  sont ceux qui l’ont vilipendé et qui ont tout le temps humilié, insulté et chargé ses militants. Ils sont Fcbe, ils sont Prd ou autres, ils sont les opposants les plus radicaux à tout ce qui ressemble à la Rupture et au nouveau départ. Ce sont eux qui portent désormais la parole du régime. Ce sont eux qui coordonnent désormais toutes les activités politiques, aussi bien au Parlement qu’au Gouvernement. Ils sont à la fois les maîtres du jeu au Parlement et au niveau de l’Exécutif, au détriment des militants de première heure.

Les militants de première heure sont relégués au second  rang. Ils sont même souvent bafoués et regardés avec dédain. On ne manque pas d’arguments pour justifier la manœuvre. Au prime abord, il fallait collaborer avec les inconditionnels du régime défunt et les instables du Parti du Renouveau Démocratique pour réussir les réformes. Après il faut admettre un Gouvernement d’ouverture et on y  met des traîtres et des caméléons. Ensuite, on entend dire, qu’il faut préparer l’élection présidentielle de 2021 en faisant un clin d’œil à tout le monde y compris les gens légers et lâches, capables d’épouser trois idéaux dans l’espace de trois trimestres.

Cette logique a l’air d’être très efficace et politiquement très rentable pour ses précurseurs. On a tendance à faire croire que les grandes choses, les choses durables et les choses nobles peuvent se faire avec des profiteurs, des arrivistes et des gens qui ne sont connectés à rien du tout en politique.

Pendant ce temps, le Président Patrice Talon laisse se constituer dans son dos une rébellion interne silencieuse mais de plus en plus organisée.

Au finish, on retiendra qu’en politique, il faut croiser les bras, guetter les occasions de crise, vociférer et prendre des positions et des postes stratégiques pendant que ceux qui se disent ‘’Rupturiens de souche’’ restent sur les carreaux.

Le pays appartiendrait à tout le monde. Mais il n’appartient pas aux lutteurs et aux hommes de conviction. Il appartient aux fainéants et opportunistes.

Finalement quelles valeurs prônent la Rupture?

L’instabilité, l’incohérence, l’infidélité, la lâcheté, la fainéantise?

Il parait que c’est cela la politique. Ce serait donc aussi la politique si les chevronnés de la Rupture lui tournent dos quand elle va s’enliser dans les difficultés qu’elle s’est créées ?

Vive la politique donc!

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite