‘’Projet de construction et d’exploitation du Pipeline export Niger-Bénin’’: La création de milliers d’emplois, annoncée

455

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Niger fait désormais partie des pays producteurs de pétrole brut, en Afrique de l’Ouest. Ainsi, ce brut sera transporté par le Bénin, pour rejoindre la côte atlantique, pour l’exportation. Dans ce cadre, le Ministre de l’eau et des mines, Samou Seidou Adambi, a jugé bon de rassembler la presse, hier, jeudi, 5 septembre 2019, au Novotel de Cotonou, pour annoncer la ‘’bonne’’ nouvelle et exposer les opportunités que présente ce ‘’Projet de construction et d’exploitation du Pipeline export Niger-Bénin’’, pour le Bénin.
Le Bénin se fera compter pour bientôt, parmi les pays associés aux plus grands producteurs de pétrole, en Afrique. Ceci, grâce à ce projet dénommé ‘’Projet de construction et d’exploitation du Pipeline export Niger-Bénin’’. Devant un parterre d’invités, de personnalités et de partenaires, Samou Seidou Adambi, a levé un coin de voile sur les tenants et aboutissants de ce nouveau projet. Dans son propos, il a martelé que ce Pipeline constitue quelque chose d’inédit, pour le Bénin. « La quantité du pétrole, découverte au Niger, ne peut pas être consommée par toute l’Afrique de l’Ouest. Forcément, il faut exporter et il faut un moyen de transport approprié pour assurer ce transport. Donc une canalisation qui va quitter Agadem et qui va traverser le Bénin, pour atterrir à Sèmè, d’où notre pays, est le couloir de passage de ce pétrole brut et non raffiné. Pourquoi le Bénin ? Parce que notre pays offre ce que les autres ne peuvent pas offrir : la stabilité politique la sécurité, la paix. C’est par la force de persuasion que le Chef de l’Etat qui en septembre 2018, a fini par prendre le dessus sur les autres pays et ouvre ainsi la voie pour les négociations. Nous sommes entrés en négociation, le 5 août dernier où notre pays a fini par apposer sa signature sur cette convention. Ce projet de 600 milliards de Francs cfa environ, d’investissement direct où le Bénin n’y mettra 1 Franc, va être une réalité dans notre pays », a-t-il expliqué.

Un projet, pas sans retombées

Ce pipeline de 2.085 Km qui traversera plusieurs départements du Bénin, prévu pour être construit en deux ans, c’est-à-dire opérationnel dès janvier 2022, présente d’après le Ministre, d’énormes opportunités pour le Bénin et ce, sur plusieurs plans. A l’écouter, ce projet donnera 3000 emplois pendant les travaux, 500 emplois permanents après les travaux, 2OO directement au Bénin, puis les autres prestataires, qui vont accompagner l’entreprise pendant les 40 ans d’exploitation tout au moins. « Pour les aspects économiques, notre pays sera connu par tous les pays pétroliers du monde. Les plus gros navires viendront accoster à Sèmè où quelque chose sera construit à 15 km de plage, pour desservir ces navires. En dehors de ça, nous renforçons les relations de coopération avec le voisin de l’Est. Nous percevrons des taxes douanières sur chaque transport de ce brut, pour renflouer les caisses de l’Etat », a ajouté Samou Seidou Adambi. A sa suite, le point focal de ce projet infrastructurel, Achille Adjeniya, a décortiqué tous les aspects techniques qui caractérisent sa mise en œuvre. « Quand on parle de pipeline, il s’agit d’une tuyauterie qui sera construite pour transporter le pétrole qui sera produit depuis le Niger, dans la région d’Agadem pour traverser le territoire béninois jusqu’à Sèmè, où sera installé un terminal d’exportation. Ce terminal fonctionnera 24h sur 24 et sera installé en haute mer à 15 Km de la côte », a-t-il reprécisé, sans oublier de donner les garanties nécessaires à toute velléité relative aux inconvénients environnementaux.

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite