Maire de Parakou: Des parcelles sécurisées en vente à partir de 1 000 000FCfa

569

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La mairie de Parakou, en partenariat avec le gouvernement du Bénin et Sides Immobilier, met en vente des parcelles sécurisées dans la zone de croissance économique de Barka. Dans le but de porter les opportunités liées à ce projet à l’attention de l’opinion publique, le maire de Parakou a réuni les fils et filles ressortissants de la ville dans une rencontre d’échanges.  C’était jeudi 05 septembre 2019, à l’Infosec de Cotonou.

1500 parcelles sécurisées de 500m2 dans la zone  de croissance économique de Barka, au prix unitaire de

1 000 000 FCfa, c’est l’essentiel de l’information portée à la connaissance des Parakois et Parakoises par le maire de la ville. Selon les propos de  Charles Toko, l’ambition du projet est de faire de Parakou, la ville lumière du Bénin et de la positionner au cœur des priorités de développement afin d’accroître ses capacités d’autofinancement. A en croire le maire de Parakou, la  zone de croissance économique de Barka présente de nombreux atouts, par sa proximité d’avec le Nigéria, une zone résidentielle d’urbanisation et de modernisation. Ainsi, pour faciliter l’acquisition des parcelles, les prix sont revus à la baisse, à la portée de toutes les bourses. À partir de la zone de croissance économique, les parcelles sont subdivisées en trois catégories : A, B et C. Dans la catégorie A le prix unitaire est fixé à 3 000 000 FCfa, 2000 000Fcfa dans la catégorie B et 1 000 000 dans la catégorie C. En angle de rue, 3 500 000 pour les parcelles de la catégorie A, 2 500 000 FCfa pour la catégorie B et 1 500 000 pour la catégorie C. Les frais de réservation s’élèvent à 10 000FCfa pour 24h, 20 000FCfa pour 48h et 50 000FCfa pour 72h. L’attestation de recasement coûte 20 000FCfa, 20 000FCfa pour l’identification de la parcelle et 25 000FCfa pour le levé topographique. Charles Toko a fini ses propos du invitant ses administrés à venir massivement se procurer les parcelles en vue d’en bénéficier des nombreux avantage : « La terre ne ment pas, elle ne pourrit pas », conclura-t-il. La rencontre s’est poursuivie avec les interventions des participants qui ont exprimé des préoccupations liées notamment au mode d’acquisition, aux dispositions légales pour faire face aux éventuels contentieux, des suggestions pour un payement par tempérament, la limitation du nombre de parcelles par acquéreurs…

 

 Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite