Mieux impacter les populations du Bassin Niger : L’ABN s’évalue à Cotonou pour de meilleures performances

170

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Cotonou, la capitale économique du Bénin, abrite depuis hier mardi 3 septembre, et ce jusqu’au 13 septembre 2019, une série d’assises sur l’Autorité du Bassin du Niger (Abn). Placés sous l’égide du ministre de l’Eau et des mines de la République du Bénin, ministre de tutelle de l’Abn, c’est son Directeur de cabinet qui a ouvert les travaux à Sun Beach hôtel.

 

A cet exercice annuel, il sera d’abord question, du 3 au 7 septembre, de la rencontre du Comité régional de pilotage des projets et programmes de l’Autorité du Bassin du Niger ; dans un second temps, c’est-à-dire du 9 au 10 septembre, de l’atelier de validation du rapport de synthèse régional des Etudes d’impact environnemental et social du Programme intégré de développement et d’adaptation au changement climatique dans le Bassin du Niger (Pidacc/BN) puis enfin, de l’atelier régional de consultation du Fonds régional d’adaptation au changement climatique (Fracc), du 11 au 13 septembre. «  En effet, le comité régional de pilotage des projets et programmes est l’instance qui regroupe les représentants des Etats membres de l’ABN et parties prenantes  au développement du Bassin du Niger. Ils auront tout au long de cette session à échanger, à procéder à des analyses et à évaluer les différents projets et programmes en exécution au sein de l’ABN.  Pour ce qui concerne la validation du rapport  de la synthèse régionale des Etudes d’impact environnemental et social du Pidacc/BN, nous allons nous atteler à la concertation et à la l’harmonisation des outils d’ordre juridique et institutionnels indispensables à la mise en œuvre du Pidacc/BN, en vue de la protection, de la sauvegarde et de la restauration à court, moyen et long termes des ressources en eau, des écosystèmes associés et des populations situés dans l’emprise et à l’aval de la zone d’influence du programme. Ce rapport constitue l’un des instruments indispensables à la bonne exécution du Pidacc/BN. Quant à l‘atelier portant sur le  Fonds régional d’adaptation au changement climatique, il servira à favoriser la concertation des acteurs , des représentants des Etats membres de l’ABN autour du rapport de l’étude de conduite par le Bureau d’étude BRL Ingénerie, pour la mise en place d’un Fonds régional pour l’adaptation des populations du Bassin du Niger, au changement climatique et d’un mécanisme de paiement des services environnement », a clarifié le Directeur général de l’eau et coordonnateur de la Structure focale nationale de l’ABN, Philippe Armand Adjomayi dans son mot de bienvenue. « Nous estimons qu’il est important et primordial de marquer un arrêt, chaque année afin de d’apprécier le niveau des réalisations techniques et financières des projets et programmes mis en œuvre par le Secrétariat exécutif  et de faire une projection réaliste pour l’année à venir. Cet arrêt nous permet aussi d’améliorer nos méthodes de travail pour de meilleures performances », a laissé entendre ensuite le Secrétaire exécutif de l’ABN, Hamid Bireme Abderahim. Il ne saurait avoir projection réaliste sans prendre la mesure des défis de l’heure. C’est pourquoi, le SE/ABN a exhorté les participants, et ce face au contexte sécurritaire, à multiplier les efforts pour une mise en œuvre efficace et efficiente des projets et programmes afin de donner plus de chances aux jeunes et aux femmes du Bassin à un accès à des emplois et des activités génératrices de revenus autonomes et durables, « la seule façon de lutter efficacement contre l’immigration, le narcotrafic et l’insécurité imposés à certains de nos Etats membres », a-t-il martelé. Les projets et programmes de l’ABN, c’est au profit de 160 millions de personnes qui vivent dans le Bassin du Niger et à 250 millions des populations de la région ouest africaine. Mesurant l’enjeu, le Directeur de cabinet du ministère de l’eau, Agnidé Emmanuel Lawin, tout en saluant la nouvelle dynamique en cours à l’ABN basée sur la transparence, l’esprit d’equipe et le travail, a exhorté les participants à tirer leçon des projets finissants pour mieux réussir la mise en œuvre du Plan opérationnel de l’institution. Outre les délégations des Etats membres de l’ABN, les partenaires techniques et financiers, le réseau des journalistes et communicateurs de l’ABN ainsi que la coordination nationale des usagers et usagères des ressources naturelles du Bassin prennent part à ces assises. Créée en 1964, à Niamey sous le nom de Commission du fleuve Niger, elle devient ABN en 1980 et regroupe 9 Etats membres à savoir : le Bénin, le Niger, le Burkina-Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Nigeria et le Tchad.

 

J.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite