De l’eau potable pour tous les Africains d’ici 2030 : Un Plan Marshall proposé

415

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’eau qui a réuni, du 25 au 30 août à Stockholm, plus de 4 000 experts en ressources hydrauliques venus du monde entier, les ministres africains chargés des ressources en eau ainsi que plusieurs Ong ont lancé la proposition d’un Plan Marshall pour l’eau en Afrique 2020-30 pour que tous les Africains puissent avoir accès à l’eau potable et à un système d’assainissement sûr en 2030. Selon le site « actualite-ouest-africaine.org », ce plan prévoit un investissement total de 40 milliards de dollars US par an, assuré à 50 % par les États et les consommateurs africains et à 50 % par les partenaires financiers, les banques et les entreprises privées, notamment le Fonds d’adaptation au changement climatique. Ces assises annuelles sur des problématiques mondiales liées à l’eau, ont porté, cette année, sur le thème « L’eau pour la société : inclure tout le monde ».Plusieurs sessions, en effet, portaient sur l’eau comme solution aux problèmes, tels que le changement climatique et la pénurie alimentaire. Le communiqué final appelle les gouvernements, les institutions et les entreprises à appliquer les solutions existantes s’appuyant sur les ressources en eau et à inclure tous les individus dans ce processus. L’OCDE a participé a plusieurs sessions et a lancé le rapport Making Blended Finance Work for Water and Sanitation: Unlocking Commercial Finance for SDG 6. Ce rapport propose des recommandations sur la manière de diffuser les approches innovantes des financements mixtes de manière à utiliser stratégiquement les financements du développement et ainsi mobiliser les financements commerciaux supplémentaires nécessaires pour combler l’insuffisance des financements actuels. L’Agence suisse pour le développement et la coopération et l’Economist Intelligence Unit ont lancé l’Indice paix bleue, un outil d’analyse comparative des bassins d’eau douce transfrontaliers visant à promouvoir la paix et à mettre en valeur le potentiel d’une meilleure gestion de l’eau et d’une coopération et d’investissements plus efficaces dans ce domaine. Il faut souligner qu’un tiers des participants à ce rendez mondial avaient moins de 35 ans ; ce qui donnait du poids à la jeune génération.

 

.JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite