Droits humains et relectures de lois au Parlement : Préoccupés, des acteurs chez le président Vlavonou

183

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 Le 30 août 2019, une délégation de la commission béninoise des droits de l’Homme conduite par Isidore Clément Capo-Chichi son Président a été reçue par le président de l’Assemblée nationale, Louis Gbèhounou Vlavonou. Aussi Guillaume Attigbé, Président du Conseil national du dialogue social (Cnds) et Lucien Glèlè Langanfin, 1er secrétaire général adjoint de la confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), porte-parole de la délégation de six confédérations et centrales syndicales étaient aussi hôtes du président de l’institution parlementaire. Au sortir, ces derniers se sont confiés à la presse.

 

Isidore Clément Capo-Chichi, Président de la Cdhb : « Vous savez qu’en tant qu’Etat partie aux Nations-Unies, le Bénin a pris certains engagements internationaux en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme. L’assemblée nationale a joué un grand rôle dans l’adoption de la loi qui crée la commission béninoise des droits de l’Homme (Cbdh) et qui découle d’une résolution des Nations-Unies. La résolution 48/134 qui définit les principes et le statut des institutions nationales de promotion et des droits de l’homme. La commission béninoise des droits de l’Homme s’est déplacée à l’assemblée nationale pour remercier le parlement et les parlementaires pour leur rôle fondamental de promotion et de protection des droits de l’Homme. Mais également, nous avons discuté avec le Président de l’Assemblée nationale de la passerelle que nous pouvons établir avec l’assemblée nationale puisqu’il y a une commission, la commission numéro 1 qui est en charge de l’administration et des droits de l’Homme et qui nous a rendu visite il y a quarante-huit heures à notre siège provisoire à Cotonou. Nous avons profité pour discuter du rapport national sur l’état des droits de l’Homme que nous devons présenter conformément à la loi devant le parlement suivi de débat. Nos échanges ont été très fructueux. Nous avons reçu des conseils de la deuxième personnalité de l’Etat et des encouragements pour continuer malgré nos conditions actuelles de travail. »

 

Guillaume Attigbé, Président du Conseil national du dialogue social (Cnds)

«  ….Nous sommes en démocratie, pour qui connait l’importance du parlement par rapport à la mission qui est assignée à l’organe que je dirige, nous avons intérêt à nous rapprocher du parlement. Nous avons fait part un peu de notre intérêt à les accompagner comme nous accompagnons toutes les structures de l’Etat. Le parlement vote des lois. Nous sommes dans un Etat démocratique. Donc les lois doivent être respectées et appliquées. Mais dans le même temps, le conseil national du dialogue social (Cnds) travaille sur la base du consensus. Le consensus c’est l’entente entre les protagonistes. En d’autres termes, nous l’appelons la loi des parties. Donc il y a la loi qui doit être respectée dans un Etat de droit, mais à côté il y a l’entente qui peut résulter des échanges entre des protagonistes. A partir de ce moment-là, nous sommes à la croisée des chemins. Il y a le respect de la loi et le travail que nous devons faire pour établir le consensus. Nous avons également le rôle d’anticiper sur ce que nous faisons.  Anticiper c’est prévenir, or pour prévenir il vaut mieux que par rapport aux lois sociales qui sont votées par le parlement que nous nous portions devant les élus du peuple. Dans le cas par exemple de l’étude d’une loi si nous avons connaissance du projet de loi, nous devons faire connaître l’approche que nous avons. Parce que cette approche peut permettre une meilleure applicabilité des textes pour que les textes qui sont votés soient le plus proche possible des populations, surtout les textes qui touchent le monde du travail. Parce que le conseil national du dialogue social intervient prioritairement dans le monde du travail mais subsidiairement partout où la paix est menacée sur le territoire national. Nous avons eu une très bonne compréhension du Président de l’assemblée nationale et de ses collaborateurs. Ils ont trouvé la pertinence de notre préoccupation et il nous a promis que quelque chose sera fait pour qu’à l’avenir ces projets de lois et autres que l’on dise notre point de vue par rapport aux problèmes qui vont se poser. Voilà à peu près l’objet de la rencontre que nous avons trouvé très fructueuse. »

 

Communauté Internationale des Hommes d’affaires du Plein Évangile

« C’est un honneur pour nous de faire de lui un membre d’honneur. Il a été distingué en tant que membre d’honneur de notre association pour ce qu’il représente et nous l’avons également invité à notre 30ème anniversaire qui se déroule le samedi 31 Août 2019 pour qu’il apporte le message de la nation à notre organisation. »

 

Propos recueillis par Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite