Secteurs Eau et assainissement au Bénin : Des efforts, mais encore beaucoup de défis à relever

269

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les acteurs des secteurs Eau et assainissement et les journalistes ont échangé, mercredi 28 août 2019, sur les résultats de la gestion 2018 des deux secteurs au Bénin. C’est un exercice annuel depuis 2010, dénommé Café média Wash qui constitue un cadre de dialogue et de partage des expériences des acteurs étatiques et non étatiques avec les médias en vue de mettre à la disposition de ces derniers des informations justes et crédibles leur permettant de faire les efforts déployés par le gouvernement et les difficultés et défis dans les secteurs Eau et assainissement pour l’atteinte de l’Odd 6.

 

C’est à la suite de la tenue de la revue sectorielle Eau et assainissement les 27 et 28 juin 2019, que le Canea (Cadre de concertation nationale des acteurs étatiques et non étatiques des secteurs Eau et assainissement) a organisé ce Café média Wash avec la présence effective de l’Agence nationale d’approvisionnement en Eau potable en milieu rural (Anaepmr), la Direction générale de l’eau (DGeau), la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) et la Direction nationale de la santé publique (Dnsp). Tour à tour les représentants de ces structures ont fait le point de la situation en matière d’alimentation en eau potable des populations en milieu rural, en matière de régulation du secteur eau, de la mise en œuvre de la GIRE (Gestion intégrée des ressources en eau), en matière d’alimentation en eau potable dans les zones urbaines et péri-urbaines et en matière d’accès des populations aux ouvrages d’assainissement. Des présentations, il ressort que dans le cadre du Programme national pour l’accès universel à l’eau potable en milieu rural, dont l’objectif est de desservir 4,5 millions de personnes supplémentaires en milieu rural d’ici 2021, des efforts se font. Au niveau de l’ Anaepmr créée en 2017 et qui a démarré ses activités en 2018, au-delà des travaux d’études, des recrutements d’entreprises et du plan directeur de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural réalisés, « l’Agence a initié, structuré, négocié et mobilisé les financements pour 6 projets qui permettent de contribuer à l’accès universel à l’eau potable en 2021 », a expliqué Comlan Landry Boy, directeur du suivi-évaluation à l’Anaepmr. Plusieurs projets pour la réalisation de systèmes avec un nouveau mode de gestion délégué impliquant des opérateurs privés pour un approvisionnement réel des populations rurales en eau potable sont donc en cours de concrétisation. Pour cefaire, plus de 34 milliards de FCfa sont prévus au titre du budget 2019. En milieu urbain où le taux de desserte en eau potable est passé de 55 à 58%, et la Soneb qui ambitionne de porter ce taux à 100% d’ici 2021, a déjà mobilisé 261,1 milliards de FCfa pour un besoin en investissements de 522,8 milliards de FCfa. L’hygiène et l’assainissement de base restent, comme d’habitude, le parent pauvre avec de faibles budgets alloués. Conséquence, les prévisions ou les résultats obtenus dans ce sous-secteur sont aussi faibles. Le peu d’effort constaté est dû substantiellement aux Partenaires techniques et financiers qui interviennent dans ce sous-secteur à travers plusieurs programmes visant à sortir les communautés rurales de la Défécation à l’Air Libre (DAL). Dans ce cadre d’ailleurs, grâce à l’approche Atpc (Assainissement total piloté par la communauté), 3070 villages ont obtenu le statut de Fin de Défécation à l’Air Libre (FDAL) en 2018, a fait savoir Simeon Biaou, Responsable du suivi-évaluation à la Dnsp. Cependant, par manque de financement, les défis restent énormes dans le sous-secteur Hab (Hygiène et assainissement de base) comme c’est le cas pour la GIRE, et ce malgré les efforts faits par le Programme OmiDelta pour une meilleure connaissance des ressources en eau. « Il faut souligner que le Canea a aussi apporté sa contribution pendant cette année 2018 au développement du secteur et à la promotion des droits humains liés à l’eau et à l’assainissement, et il l’a fait à travers plusieurs activités en organisant par exemple une campagne de communication et de plaidoyer pour la prise en compte du sous-secteur hygiène et assainissement de base dans les priorités de l’Etat, appuyé la structuration des associations de consommateurs d’eau potable Acep et appuyé quelques actions GIRE notamment la mise en place des organes de concertation au niveau des ressources en eau. Par ailleurs, les membres du Canea ont eu à mener individuellement plusieurs actions relevant de leur domaine de compétence spécifique dont l’ensemble contribue à l’atteinte des Odd à travers la bonne gouvernance du secteur. Le présent Café média Wash est également une action de promotion de la bonne gouvernance notamment à travers la reddition de compte… », a souligné le président du Canea, André Zogo dans son message d’ouverture de ce numéro du Café media Wash au cours duquel les professionnels des médias, pour la plupart membres du Réseau des journalistes spécialisés en Eau et assainissement n’ont pas manqué d’exposer leurs préoccupations.

 

JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite