Auguste Vlavonou au sujet de son Institut : « La prévention santé est un pilier des activités de l’Irddes »

363

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

A la faveur d’une formation que son institut a eu le mérite de conduire au profit des auditeurs internes du Laboratoire central de sécurité sanitaire des aliments (Lcssa), Auguste Vlavonou, Directeur général de l’Institut régional de développement durable et d’études stratégiques (Irddes) a répondu à nos questions. Lire l’interview…

 

- Advertisement -

Monsieur Vlavonou, votre cœur de métier vise le développement durable. Mais si on observe les choses ces dernières décennies, le développement durable semble une thématique transversale, passe partout. Pensez-vous réellement qu’on a besoin d’un institut spécifiquement dédié à ce concept ? Quelle est l’utilité de votre institut et à qui ses activités s’adressent-elles ?

Je vous remercie pour votre question qui nous semble très pertinente.

Ce qu’il convient de savoir est que le concept du développement durable est un concept politique qui vise trois objectifs à savoir : la croissance économique, le progrès humain, la prise en compte de la dimension écologique de toutes les activités.

Or, que disent précisément les statistiques en ce qui concerne la poursuite des objectifs économiques ?

Il faut souligner que sur 100 entreprises créées à la date d’aujourd’hui, dans notre pays et dans le monde, 5 seulement auront la chance de fêter leurs 5 ans. C’est très peu ! Et pourtant, nous savons que ce sont les entreprises qui, de par leurs plus-values, contribuent à la croissance économique d’un pays.

C’est dire que l’atteinte de ce seul objectif économique n’est pas chose facile.

Et voilà que le concept de développement durable nous enjoint de poursuivre deux autres objectifs complémentaires et obligatoires que sont la prise en compte du progrès humain et la gestion des impacts écologiques de nos activités.

Que nous soyons une entreprise, une organisation de la société civile, un organisme public ou une collectivité territoriale (locale), faire du développement durable ou atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) c’est penser et mettre en œuvre une politique qui prenne en compte en même temps ces trois objectifs : l’économique, le social / sociétal et l’environnemental.

Oui Monsieur le journaliste, le développement durable est une problématique transversale mais qui requiert l’accompagnement de spécialiste en tant qu’expert et praticien.

Heureusement qu’il existe depuis novembre 2010, un référentiel international de lignes directrices, l’ISO 26000 qui permet à toute organisation quelle qu’elle soit de mettre en œuvre une politique de développement durable. Ce référentiel international s’articule

autour du concept de la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO).

Donc on comprend aisément que l’IRDDES représente un vortex principal d’où sont diffusés les savoirs et les pratiques véritablement en lien avec le développement durable.

Venons à l’utilité de l’IRDDES

 Le premier pilier de nos activités concerne la prévention santé à travers la micro nutrition. Qu’il vous souvienne que le sommet de Rio en 1992, dans sa déclaration finale qui se décline en 27 principes, a positionné en son 1er principe, la santé comme un objectif et un préalable pour le développement durable.

Vous comprenez donc pourquoi la prévention santé est un pilier essentiel au cœur des activités de l’IRDDES.

Là aussi, les actions du laboratoire Lcssa à travers cette formation, concourent in fine vers le même objectif, protéger la santé de la population.

Ensuite, comme nous l’avons indiqué plus haut, nous diffusons les connaissances et les pratiques du concept de Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO) à toutes les personnes, qu’elles soient physiques ou morales, désireuses de s’élever durablement à leur plus haut potentiel. Une seule adresse c’est l’IRDDES.

Une dernière question Monsieur le Directeur, l’IRDDES dispose-t -il de reconnaissance, de distinction particulière de ses compétences et de son sérieux ?

Evidemment ! Je me permettrai ici de n’en citer que deux.

Récemment, les autorités béninoises nous ont octroyé l’habilitation qui permet le renforcement des capacités des organismes publics. Par ailleurs, nos compétences sont certifiées auprès d’Afnor Compétences, Agence française de normalisation.

Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite