Lutte contre la cybercriminalité au Bénin : Les tradi-praticiens prêtent main forte à la police

635

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Si depuis un moment, la cybercriminalité a pris une autre allure au Bénin avec des pratiques endogènes ou encore l’usage des organes humains, la police républicaine n’entend pas laisser la situation lui échapper. Ainsi, à la faveur d’une journée de réflexions le week-end dernier à Bohicon, les tradi-praticiens se sont engagés aux côtés des policiers pour lutter efficacement contre la cybercriminalité…

 

Réunis au sein du Syndicat national de défense des intérêts des tradi-praticiens et culte du Bénin (Syndi-Tpc/Bénin), les tradi-praticiens décident de prêter main forte aux éléments de la police républicaine afin de mieux combattre la cybercriminalité au Bénin. Un engagement pris par ces derniers à la faveur d’une journée de réflexion samedi dernier. Une rencontre au cours de laquelle, les participants ont échangé autour des questions liées au rôle des têtes couronnées dans la sécurité des personnes et des biens et surtout la contribution du Syndi-Tpc au développement local. A l’issue des discussions, Dah Sogbè Kpozèhouè, s’est engagé avec l’ensemble des têtes couronnées, dignitaires de culte endogène et tradi-praticiens, à mener le combat aux côtés des agents de la police républicaine et les responsables des gares routières, sur l’ensemble du territoire, pour dénicher les faussaires, les  criminels et pseudo tradi-praticiens qui commettent des délits et crimes de sang en  arrimant surtout la cybercriminalité aux pratiques endogènes. Très ravi, le commissaire central de la ville de Bohicon, Ferdinand Nonhouégnon a démontré qu’aucun processus de développement ne saurait abouti dans un environnement non sécurisé.  Proches des populations et souvent sollicités par des faussaires, de criminels qui font usage des pratiques cultuelles pour commettre des forfaits, les tradi-praticiens sont désormais invités à ne plus se faire complices de ces cybercriminels et autres.  Le commissaire central de Bohicon n’a pas également manqué d’inviter les cybercriminels et autres  à changer d’activité pour se convertir en d’honnêtes citoyens au risque de tomber dans les mailles de la police républicaine. Précisons qu’au terme de la rencontre, un comité de neuf (09) membres a été mis en place pour veiller au suivi des recommandations prises.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite