Alpha Condé à la Ticad: «Nous souhaitons des transferts de compétences»

194

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La septième Ticad, la Conférence de Tokyo pour le développement de l’Afrique, s’est ouverte ce mercredi en présence de nombreux dirigeants africains. Le président guinéen Alpha Condé en fait partie et pour lui, les investisseurs étrangers sont toujours les bienvenus dans son pays, dès lors qu’ils y créent de l’emploi. Il répond à Olivier Rogez.
RFI : Qu’est-ce que votre pays, la Guinée, peut attendre de ce forum Japon-Afrique ?
Alpha Condé : Nos relations avec le Japon ont commencé dès 1958, à l’indépendance de notre pays. Le Japon nous a reconnus cette année-là. Aujourd’hui, nous coopérons dans trois domaines importants : la pêche, l’agriculture et les infrastructures routières. Ce sont les Japonais qui ont notamment construit le pont sur la route de Conakry à Kindia.
Ce que nous souhaitons aujourd’hui, c’est de voir les entreprises japonaises venir travailler en Guinée. Lors de mon voyage d’État au Japon, en 2017, j’avais évoqué avec le Premier ministre Shinzo Abe, l’intérêt que nous avions pour des prêts concessionnels. Ces trois dernières années, le Japon a quand même investi 20 milliards de dollars [en Afrique, ndlr] et il compte accélérer ce mouvement.
Mais surtout, je pense que le Japon peut nous accompagner dans la formation de nos ressources humaines. Vous savez que la Guinéemanque cruellement de compétences, or Shinzo Abe a fait de la formation des cadres l’un des axes de sa politique envers l’Afrique.
Est-ce que la coopération avec le Japon est différente de celle avec les autres pays, comme la Chine ou la France ? Tokyo prétend avoir une coopération plus saine.
Je pense que dans le domaine de la pêche et de la culture du riz, la coopération avec le Japon est différente. Non seulement ils nous accompagnent en envoyant leurs techniciens, mais de plus, ils forment ici des techniciens. C’est un peu la même forme de coopération que nous avons avec un pays comme la France.
Mais, vous savez, je pense que la forme que prend la coopération dépend surtout des dirigeants africains. Elle dépend de la façon dont les Africains défendent leurs intérêts et leur souveraineté. La différence tient donc davantage à la manière dont nos pays inventent les termes de cette coopération. Et c’est plus important que l’attitude de tel ou tel pays.
rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite