Evaluation diagnostique : La Cstb exige la libération des enseignants arrêtés

642

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Emmanuel Zounon plaide pour un rachat des “boycotteurs“)

Malgré le fort de participation, l’évaluation diagnostique des enseignants contractuels de 2008 ne s’est pas déroulé sans heurts samedi dernier. Ainsi, certains enseignants ont été arrêtés pour avoir tenté de perturber les compositions. Dans une déclaration, la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) exige la libération de ces derniers tandis que le secrétaire général de l’Unstb plaide pour un rachat des enseignants ayant opté pour le boycott…

 

La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) réclame la libération immédiate et sans condition des enseignants arrêtés samedi dernier. Selon le secrétaire général de la Cstb, Nagnini kassa Mampo, ces personnes, plus d’une dizaine, sont des enseignants qui ont été  appréhendés par la police dans plusieurs départements du pays. Selon le responsable syndical, il s’agit notamment des sieurs  Félix Sossa, Joseph Ganhounoto, Xavier Gnonlonsa,  Pascal  Ekangnon et Gafari Fassassi arrêtés dans le Plateau, des sieurs  Anicet Fodji,  César Akossa, Anicet Awokou, Eugène Akakpo et Paulin Agossou appréhendés dans les Collines puis des sieurs Auguste Ayosso et Martin Lariyari arrêtés respectivement dans l’Ouémé et l’Alibori. Des arrestations injustes, selon ce dernier. « La Cstb proteste contre ces arrestations arbitraires, appelle tous les enseignants en particulier et tous les travailleurs en général à exiger de partout leur libération immédiate et sans condition. », a déclaré Nagnini Kassa Mampo.  La Cstb appelle les enseignants à poursuivre la lutte contre la ruine de l’école béninoise.  La Confédération syndicale trouve « ridicule » cette évaluation des enseignants et parle d’une «pagaille ». Quant au secrétaire général de l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), Emmanuel Zounon, il sollicite une deuxième session afin que ceux qui le souhaitent aient une nouvelle chance d’aller composer. Une évaluation de rachat pour les enseignants qui ne sont pas allés composer ce samedi 24 août 2019. « Je voudrais très humblement suggérer que les autorités transforment la session des malades en deuxième session (évaluation) pour qu’il soit permis à ceux qui ont boycotté et qui le souhaitent d’aller composer en toute quiétude en vue de réduire les conséquences Telle est la volonté de l’Unstb», a prosté le responsable syndical   sur sa page Facebook.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite