Promotion de l’intégrité au Bénin : Environ 215 OSC mobilisées contre la corruption

314

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Grâce à une subvention directe reçue du Programme RePaSOC dans le cadre du 11e Fonds Européen de développement (FED), l’ONG ALCRER met en œuvre, en association avec le FONAC, le projet de renforcement des OSC pour la détection et la dénonciation de la corruption (Projet 2D Corruption). Lancé depuis avril 2019, il promet de faire bouger les lignes en étoffant le rôle de la société civile dans la lutte contre la corruption.

 

Pendant 24 mois, environ 35 OSC au niveau national et 180 OSC dans les communes seront mobilisées dans diverses activités destinées à renforcer leurs capacités dans la détection et la dénonciation des actes de corruption. Le projet 2D Corruption a notamment prévu de former les membres de la société civile sur l’arsenal normatif et institutionnel de la lutte contre la corruption, les manifestations de la corruption dans la société et l’administration publique ainsi que sur les mécanismes de détection et de dénonciation de la corruption par les citoyens organisés. Cette formation qui regroupera, dans un premier temps, des OSC au niveau national, sera restituée, dans une approche de faire-faire, à 20 OSC dans chacune des 9 communes cibles du projet (Lokossa, Pobè, Ouidah, Natitingou, Parakou, Dassa-Zoumè, Bohicon, Aplahoué, Porto-Novo).

A l’issue de la formation, un manuel comportant l’essentiel des connaissances et des aptitudes à développer sera édité en 1 000 exemplaires et distribués dans le but d’assurer la formation continue et de partager à grande échelle les acquis.

Repues de la connaissance du phénomène de la corruption et des mécanismes pour assurer l’alerte, les OSC mobilisées dans le cadre du projet, vont pouvoir animer des émissions radiophoniques sur 9 radios locales pendant 12 mois. « Le projet mise essentiellement sur la détection et la dénonciation. Mais nous ne négligeons pas la prévention », souligne Gervais Loko, coordonnateur du projet qui annonce la production de 108 émissions sur la durée du projet et portant sur diverses thématiques : la corruption dans les marchés publics, la corruption électorale, la déclaration de patrimoine, le conflit d’intérêt et son encadrement au Bénin, le blanchiment, l’agent public et le code des valeurs et d’éthique de la fonction publique, etc.

 

Des investigations sur la corruption

 

Le projet profitera de la plateforme de dénonciation de la corruption, AntiCorr, mise en place par ALCRER et Social Watch Bénin dans le cadre du Programme PartiCiP pour collecter des faits de corruption qui seront investigués. Les résultats des investigations seront ensuite discutés par un consortium de 10 OSC lors de réunions périodiques et déboucheront sur des actions en justice ou d’interpellation de l’administration publique ou des corps de contrôle. Sur la durée du projet, au moins 15 affaires de corruption devront être dénoncées par les OSC, parties prenantes de l’action.

Les médias constituent également une cible importante du projet. En effet, sur la durée du projet, une trentaine de journalistes seront financièrement appuyés pour mener des enquêtes de fond sur les scandales financiers et produire des articles ou des émissions.

Le projet 2D Corruption offre également aux OSC l’occasion de contribuer au processus d’amendement de la loi portant lutte contre la corruption, un processus prévu par le Ministère de la justice et l’ANLC. Grâce à une étude sur les faiblesses et les points d’amélioration de ladite loi commanditée par le projet, les OSC devront construire ensemble une position commune à verser aux autorités du Ministère de la justice et du parlement pour sa prise en compte dans la modification de la loi portant lutte contre la corruption.

Dans un contexte de mobilisation générale contre la corruption, le projet 2D Corruption vient révéler et conforter le rôle de la société civile dans cette lutte. Pour Gervais Loko, « l’engagement de la société civile est essentiel à l’efficacité de la lutte contre l’impunité des faits de corruption ».

 

(Source extérieure)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite