Actes d’incivisme à Cotonou et environs : Ultime avertissement aux auteurs…

192

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les auteurs d’actes d’incivisme à Cotonou et autres localités du Grand Nokoué pourraient subir désormais les rigueurs de la loi. Dans un communiqué en date du 21 août 2019, le ministre du cadre de vie, José Tonato a mis en garde contre lesdits actes…

 

« Il m’a été donné de constater que depuis quelques temps, dans l’agglomération du Grand Nokoué et particulièrement dans la ville de Cotonou, notre vitrine nationale, certains citoyens s’illustre de plus en plus par des actes d’incivisme notoire. Au nombre de ces actes figurent : le dépôt des ordures ménagères dans les lieux non autorisés, la défecation à l’air libre notamment sur les berges et les plages, l’élevage d’animaux dans les agglomérations, le rejet des eaux usées sur les voies publiques et dans les caniveaux, l’utilisation des cimetières et lieux publics comme dortoirs. Cette situation n’honore pas notre pays et ne saurait perdurer impunément. En effet, en agissant ainsi, ces individus compromettent les efforts consentis par le gouvernement pour l’amélioration de notre cadre de vie », déplore l’autorité ministérielle dans ledit communiqué. A en croire le ministre, les berges, les plages et plans d’eau ne peuvent servir de lieu de défecation ou de réceptacle pour les déchets solides ménagers, les eaux usées, les boues de vidange, etc. Face au fait, le ministre appelle les citoyens à s’abstenir de poser de tels actes répréhensibles pour préserver l’environnement et protéger leur cadre de vie. « En tout état de cause, toute personne surprise en flagrant délit de tels actes d’incivisme sera tenue responsable des déconvenues qui en découleraient conformément aux dispositions du code d’hygiène publique, de la loi portant aménagement, protection et mise en valeur du Littoral, de celle portant interdiction de l’utilisation des sachets plastiques non biodégradables et de la loi-cadre sur l’environnement en République du Bénin », menace l’autorité ministérielle dans ce communiqué qui “tient lieu d’ultime avertissement“.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite