Programme PartiCip2 et Nouvelle approche de lutte contre la corruption et l’impunité : Alcrer et Social Watch se constituent Partie civile devant les tribunaux

351

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Aux dires du Président du Comité de pilotage et du suivi (Cps) du Programme de participation citoyenne aux politiques publiques (PartiCip) au Bénin, Martin Vihoutou Assogba, cette nouvelle approche tire son essence  de l’article 2 de la loi 2012-15 portant code de procédure pénale en République du Bénin. Laquelle loi octroie aux Organisations de la société civile, le droit de se constituer Partie civile. C’est, à l’arrivée, ce qui ressort du point de presse consacré à la lutte contre l’impunité et co-animé par Blanche Sonon de Social Watch mardi 20 août 2019 au siège de l’Ong Alcrer. Cette nouvelle approche entre dans le cadre du Programme PartiCiP dont la seconde phase a démarré en août 2017 grâce à l’appui technique et financier de l’Ambassade des Pays-Bas au Bénin.

 

Selon les propos de Martin Vihoutou Assogba, sur les trois composantes que compte le Programme, une est entièrement consacrée à la question sur «promotion de l’intégrité et lutte contre la corruption et l’impunité». En termes plus précis, explique le président de l’Ong Alcrer, au Bénin, la lutte contre la corruption et l’impunité ne résidera plus seulement dans les campagnes de sensibilisation et de dénonciation comme c’est le cas depuis plusieurs années. Désormais, les Organisations de la société civile se constituant Partie civile passent à la saisine des juridictions compétentes. Cette aubaine, les Ong Alcrer et Social Watch ne veulent pas la louper. Elles ont plutôt saisi la balle au bond dans ce qu’elles appellent «combat patriotique et de salut public» pour réduire «sensiblement» la corruption et l’impunité au Bénin, à défaut de les éradiquer. Grâce à cette nouvelle approche, Alcrer et Social Watch deviennent désormais des remparts davantage renforcés par la législation nationale contre l’impunité dont jouissaient des corrupteurs et corrompus, soutient Martin Assogba. Pour l’atteinte des objectifs, une stratégie a été adoptée. Elle a consisté à la mise en place d’un collège de praticiens de droits «chevronnés et à la réputation établie sur la question de la lutte contre la corruption». Leur rôle, conseiller les deux organisations pour porter plainte en se constituant Partie civile devant les tribunaux. L’autre trouvaille, c’est aussi l’application anticorr. Une plateforme de dénonciation des actes de corruption en ligne et ouverte au public, a annoncé la Vice-présidente du Cps/PartiCip2, Blanche Sonon. Sur le site internet www.anticorr.bj ou en téléchargeant l’application sur les téléphones ou tablettes, toute victime ou témoin d’acte de corruption peut se faire entendre, informe-t-elle. Le Bénin doit cesser d’être en queue de peloton à travers les différents rapports, études et classements nationaux, régionaux et internationaux en matière de lutte contre la corruption et l’impunité. La lutte se veut donc implacable, avertit la présidente de Social Watch.

 

- Advertisement -

Des dénonciations aux enquêtes…

 

 Aux dires du président de l’Ong Alcrer,  grâce au Programme PartiCiP et à la nouvelle approche, plusieurs affaires et pas des moindres (Cnss-Bibe, Cobenam, Port autonome de Cotonou, Sbee, etc.), sont portées devant les juridictions. Les dénonciations fait-il savoir, ne cessent de leur parvenir. Toutefois, déplore-t-il, certaines dénonciations ne sont pas fondées. Au soir des enquêtes que mènent les organisations avant de se porter devant les juridictions, certaines se révèlent fausses.  Le cas le plus récent, confie-t-il, est celui relatif au scandale financier à Tori-Bossito. A l’entendre, un collectif de Conseillers communaux s’était mué en victime pour dénoncer les malversations. Après les enquêtes, ce sont plutôt ces derniers les coupables. Le reste, tout le monde le sait. Ceci, pour insister sur le professionnalisme qui caractérise le traitement des diverses affaires qui leur parviennent.

 

Cyrience KOUGNANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite