Désignation des représentants de l’Opposition au Cos-Lépi : Le parti Fcbe crie à une usurpation de titre

990

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Les enseignants Ace frondeurs peuvent compter sur le soutien du parti)

 Suite aux derniers développements de l’actualité nationale, le parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), est à nouveau sorti de son mutisme. Hier, lundi 19 août 2019, à son siège à Cotonou, les responsables du parti à travers une déclaration, ont dénoncé « l’incongruité » dans l’installation en l’état, des représentants de l’Assemblée nationale au Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi), sans manquer de décrier  l’arrêté interministériel relative à l’interdiction de délivrance d’actes d’autorités à certaines personnes dont des ténors de l’opposition et l’évaluation diagnostique au profit de certains enseignants. 

 

Ils étaient nombreux à répondre présents, à cette sortie médiatique, ces ténors du parti Fcbe. Dans la déclaration lue par l’ancien député Nouenou Atchadé, le parti est d’abord revenu sur la manière dont l’actuel parlement a désigné ses représentants devant siéger, au Cos-Lépi. Pour les Fcbe, ce parlement en plus de n’avoir pas de légitimité, persiste dans la violation des lois de la république, qui pour cette force politique de l’Opposition, sont pourtant claires aux yeux de tous. Car pour le parti, il n’est pas concevable que ces députés touchent le Cos-Lépi, alors que l’Assemblée nationale est monocolore. « Malgré leur défaut de légitimité, ils comptent dorénavant s’accaparer du fichier électoral national aux fins de le manipuler à leur guise. Sinon, comment osent-ils, à la suite de leur forfaiture du 28 avril2019, vouloir maintenant toucher au fichier électoral, alors qu’en la matière, la législation est claire ? En effet, la loi N°2012-43 du 05 février 2013 portant apurement, correction, mise à jour et actualisation du fichier électoral national et de la Liste Électorale Permanente Informatisée (Lépi), en son article 6 dispose : ‘’De la composition du Conseil d’Orientation et de Supervision (COS). Le Conseil d’Orientation et de Supervision est composé de onze (11) membres désignés comme suit : cinq députés par la majorité parlementaire, quatre (04) députés par l’opposition parlementaire, du directeur général de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique, du directeur du service national de L’État Civil (…)’’. Au vu de la loi, il est impossible de mener quelque action que ce soit sur le fichier électoral, puisque cette Assemblée monocolore à la dévotion du Président Patrice Talon, ne saurait constituer en même temps, une mouvance et une opposition, pour former, conformément à la loi, le Cos-Lépi, et garantir la transparence, la crédibilité et la fiabilité de cet instrument démocratique », laisse-t-il entendre. Pour donc le parti à l’écouter, il est impossible de désigner les représentants de  l’Opposition alors qu’elle n’existe pas au parlement, d’où  le fichier électoral qui sera issu de cette désignation, ne sera à l’en croire, ni fiable, ni accepté par le peuple souverain qui d’après ses dires, est attaché à sa démocratie et à des élections libres, équitables et transparentes.  Ensuite, en ce qui concerne l’arrêté interministériel du 22 juillet 2019, qui interdit aux agents publics d’établir et de délivrer aux personnes recherchées par la justice des pièces et actes administratifs de l’autorité, le parti à sa position, qu’il a d’ailleurs exprimée. A cet effet, son Porte-parole relève que ces actes sont des pièces fondamentales, dont doit bénéficier tout citoyen, quelle que soit sa situation ou son camp politique. « Un tel arrêté viole lourdement des droits de l’homme et est de nature à rendre le climat social tendu, alors que cela ne l’est déjà que de trop depuis un moment. Dans notre pays le Bénin, prendre de pareils arrêtés revient à confirmer que nous ne sommes plus dans un pays démocratique », s’offusque le parti, qui apporte d’ailleurs son soutien à tous les exilés politiques dans le cas, sans oublier selon lui, Lionel Zinsou.

Les Ace de 2008 anti évaluation, peuvent compter sur le parti Fcbe

 

L’autre sujet que cette sortie a enfin abordé, c’est celui relatif à l’évaluation diagnostique, que le gouvernement entend organiser à l’intention des enseignants Agents contractuels de l’Etat (Ace), de la promotion 2008. Le parti trouve que cette affaire d’évaluation qui est agitée dans l’opinion n’est que l’arbre, qui cache la forêt. Les Fcbe soutiennent dur comme fer que cette évaluation a seulement pour véritable objectif, de radier de milliers d’agents, de leur fonction. Car pour le parti, si déjà pour les deux premières tentatives, le gouvernement a voulu évaluer tous les enseignants et qu’il se rétracte après échec pour s’attaquer uniquement aux Ace de la promotion 2008, c’est que l’idée de radiation est la seule qui vaille.  Le parti à l’écouter, exprime donc toute sa tristesse face à ce « drame » qui se prépare contre des compatriotes. « Le Parti Fcbe reconnait aux braves enseignants qui sont les principaux préparateurs de l’avenir de la Nation, leur légitime opposition à ce cirque de la rupture et les appelle à la sérénité et à la solidarité pour empêcher ce crime social de se produire. En tout état de cause, les enseignants reversés de la promotion 2008 peuvent compter sur le soutien indéfectible du parti Fcbe dans leur lutte pour la sauvegarde de leur emploi », martèle-t-il.

 

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite