Bonne gouvernance et accès durable des populations à l’eau potable : Le fonctionnement optimal des Acep et Cpc préoccupe

127

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Social watch Bénin et ses partenaires, engagés)

Les acteurs du secteur de l’eau, à l’invitation du réseau d’Ongs Social watch Bénin, se sont retrouvés, mardi 13 août 2019, à un atelier pour l’appropriation des résultats de l’étude diagnostique sur le fonctionnement des Associations des consommateurs d’eau potable   (Acep) et des Cellules de participation citoyenne (Cpc). Ledit atelier s’est déroulé au Chant d’oiseaux à Cotonou.

 

À travers cet atelier, Social watch Bénin est pleinement dans son rôle de promotion de la bonne gouvernance pour la durabilité, l’efficacité et l’efficience de l’action publique notamment aux niveaux national et communautaire dans le secteur de l’eau. « Ainsi, la   nécessité   d’une   gouvernance intègre est   le   motif   principal  du   présent atelier   qui   voudrait   être   un   cadre de réflexions fertiles des acteurs du secteur afin de permettre aux membres des Acep et Cpc de prendre conscience   des problèmes et lacunes liés à leur fonctionnement ainsi que la recherche et l’adoption de solutions pour remédier aux divers problèmes relevés par l’étude. De façon spécifique, l’atelier   permettra aux participant(e)s d’une part, de s’imprégner des résultats saillants du rapport d’étude sur le fonctionnement   des   Acep et Cpc et d’autres part, de définir   des stratégies de mise en œuvre des solutions proposées à   travers la définition par les Acep et Cpc de leurs besoins en renforcement de capacités ”, souligne Blanche Sonon, présidente du Conseil d’administration de Social watch Bénin. Dans son discours à l’ouverture de l’atelier, elle précise que la   bonne   gouvernance   dans   le secteur   de   l’eau   ne   peut   se   faire   sans l’appui  des   Organisations   de   la   société civile notamment,  des Acep et Cpc du   service   public de l’eau   dans   les communes. D’où, l’importance du renforcement de leurs capacités  pour un meilleur exercice de la veille citoyenne. Et ce renforcement   de   capacités passe   par   l’appropriation   des résultats de l’étude   diagnostique  dont le rapport a fait l’objet de présentation et d’échanges au cours de l’atelier. Dans la restitution des résultats de l’étude qui a porté sur 9 départements, le consultant a fait l’état des lieux de ces Acep et Cpc, pour la plupart mises en place entre 2012  et 2016 puis exposé les forces, faiblesses, opportunités et menaces liés à leur fonctionnement. Il faut préciser que l’atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du  ” Volet Gouvernance”  du Programme OmiDelta Fonds/Acteurs non-étatiques (Ane) financé par l’ambassade des Pays-Bas, à travers la Snv. L’ambassade des Pays-Bas était d’ailleurs représentée à cet atelier par son premier secrétaire et Expert eau et assainissement, Michiel Smet. Outre ce partenaire, il y avait Oxfam, Pne-Bénin, Alcrer…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite