2ème édition du camp des filles leaders à Ouidah : La culture de l’excellence dans le rang de la gent féminine

137

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La 2ème  édition du camp des filles leaders a été lancée hier mardi 06 août 2019  au Centre international d’art et de musique de Ouidah (Ciamo). C’était en présence de la marraine et invitée d’honneur Marie-Elise Gbèdo, de la représentante   de la ministre des affaires sociales, des parents  et autres personnalités de la cité historique.

 

« Jusqu’au bout de nos rêves » ; c’est le thème de la 2ème  édition du camp des filles leaders qui se tient à Ouidah du 06 au 10 août 2019. Les activités ont démarré hier à la faveur d’une cérémonie sobre.  Dans son message de bienvenu, le président du comité d’organisation Wilfrid Houndjè a remercié les personnalités et tous ceux qui ont contribué à la tenue de l’édition 2019 du camp, sans oublier bien sûr la présidente de l’Ong ‘’Femmes et Développement’’, initiatrice de l’événement. Selon lui, l’initiative concoure à l’émancipation de la femme notamment la jeune fille.

Forger la femme de demain…

 

La présidente de l’Ong ‘’Femme et Développement, Isabelle Aimée Vitouley a dans son discours fait savoir que sa structure s’est assignée comme mission, d’agir sur la jeune fille d’aujourd’hui pour impacter la femme de demain.  En effet, à l’en croire, pour bâtir une nation prospère et développée, il faut impérativement axer un grand investissement sur la qualité des hommes et des femmes, intrants déterminants et capitaux de toute œuvre visant un changement qualitatif. Et pour réussir le pari  d’une société de type nouveau, il faut donner à la jeune fille d’aujourd’hui femme de demain, les outils pouvant lui permettre de participer pleinement au progrès de sa société. Agir sur la fille d’aujourd’hui pour bâtir la femme de demain suppose  qu’on impulse chez elle, le goût du leadership. Pour y arriver, il faut accroître son niveau de compréhension des grands enjeux de son temps.

Faire d’elles, des vecteurs de développement

 

Isabelle Aimée Vitouley a précisé dans son intervention que ce camp est un cadre d’échange et de socialisation. Plusieurs thématiques seront développées. Elles portent sur les actes de l’état civil, le leadership féminin, la sexualité, l’entrepreneuriat et à la santé de reproduction. En définitive, le camp permettra de faire des filles participantes, des vecteurs de changements qualitatifs dans la société pour les libérer des chaines sociales et culturelles qui freinent leur épanouissement. La porte-parole des participantes Fakanbi Chancelle s’est dite persuadée de l’impact positif que ce camp aura sur elles. Elle prie les pouvoirs publics, les organisations internationales et autres structures  à se joindre à l’Ong ‘’Femme et Développement’’ pour tendre la main de solidarité aux jeunes filles béninoises.  En s’adressant aux participantes qui sont, rappelons-le des élèves de la 2nde en Tle issues des collèges de Ouidah, l’ancienne ministre de la justice Marie-Elise Gbèdo a expliqué qu’il ne suffit pas d’avoir un rêve. Il faut avoir de la volonté, de la détermination et de l’engagement. Pour elle, le premier défi d’une femme leader, c’est de respecter les parents, se battre pour être la locomotive qui drainera des wagons. La directrice adjointe de cabinet de la ministre des affaires sociale Capo Mireille dira pour sa part qu’un leader est un acteur de changement, il doit savoir innover, tracer le chemin et servir d’exemple. D’autres invités non moins importants sont également intervenus au cours du lancement.

 

 TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite