Appel suite au verdict  » dépassement de frais de campagne » : Quelle chance pour Lionel Zinsou ?

1 032

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016, Lionel Zinsou  a été condamné, vendredi 02 août 2019, au Tribunal de Cotonou, à 5 ans d’inéligibilité, 6 mois d’emprisonnement avec sursis et 50 millions de Francs Cfa de dommages pour dépassement de frais de campagne, fausse attestation, faux et usage de faux. Faisant Appel de cette décision, même s’il l’a ouvertement dénoncé et critiqué, il existe encore une lueur d’espoir pour Lionel Zinsou, dans la suite de ce dossier.

 

Après Sébastien Ajavon et Komi Koutché, tous potentiels candidats à la présidentielle de 2021, c’est désormais le tour de Lionel Zinsou. Ainsi, l’ancien premier Ministre du dernier gouvernement de Boni Yayi, par une décision rendue par le Tribunal de première instance de Cotonou à son encontre risque, jusqu’à un nouveau revirement, de dire au revoir à son tour, à la présidentielle de 2021, si ce challenge le tentait. Et il le reconnait d’ailleurs. « Nous avions eu des élections législatives le 28 avril dans le pays. Vous avez suivi la crise post-électorale. Vos caméras étaient d’ailleurs sur place. L’opposition n’était pas autorisée à présenter des listes. De façon très claire, il n’y aura pas non plus de candidats potentiels aux élections présidentielles en 2021 contre le président. Donc c’est la même logique qui prévaut. Il fallait d’une façon ou d’une autre me rendre inéligible. On a cherché un sujet judiciaire et on l’a fait », confirme-t-il, sur les plateaux de Tv5 Monde. Mieux, il avoue ne même pas être surpris de ce verdict, qui ne surprend d’ailleurs pas bon nombre de béninois et d’observateurs avertis, vu le déroulement de l’actualité politique béninoise, depuis un moment. «…Ce verdict n’est pas une surprise pour moi. Curieusement, ce verdict m’avait été déjà annoncé. J’ai appris ce que serait ma condamnation avant même que les juges soient saisis du sujet. Des mois à l’avance, je le savais », se désole Lionel Zinsou, au cours de l’entretien. Néanmoins, en concertation avec ses avocats, il a pris la résolution d’interjeter Appel, en deuxième instance. Et là, tout peut encore se jouer. Autrement dit, par cette détermination d’épuiser toutes les voies de recours dans cette affaire, Lionel Zinsou peut encore espérer un éventuel revirement de la situation. En effet, si l’indépendance de certains juges des Tribunaux est souvent à tort ou à raison remise en cause, il convient de noter que ceux qui siègent à partir de la deuxième instance, vu leur expérience et notoriété, ont déjà prouvé dans certains dossiers, qu’ils inspirent toujours confiance et peuvent rendre des décisions justes, exemptes de toute controverse. Pour preuve, la gestion du dossier Psd qui a connu la défaite du camp Amoussou devant celui Golou à la Cour d’appel de Cotonou, a permis à certains usagers de la justice béninoise, de décerner un satisfecit, à ces juges, même si le Ministre Sacca Lafia a curieusement et contre toute attente, refusé de respecter la décision. Certainement que Lionel Zinsou et son conseil, ont à l’aune de cette décision en faveur d’Emmanuel Golou, compris tout au moins qu’il leur existe encore une chance de laver l’honneur de l’homme en le réhabilitant, devant les juges de la Cour d’appel. Ceci avec l’espoir que la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), ne s’en mêle pas.

 

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite