Propositions du Ministre de l’intérieur aux partis en quête de Certificats de conformité : Les Fcbe n’accèderont pas à tous les desideratas de Sacca Lafia

1 227

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Des partis politiques en difficulté du point de vue de leur existence légale, ont rencontré jeudi et ce, conformément aux recommandations du Chef de l’État, le ministre de l’intérieur. Ceci, dans le cadre des dernières retouches à apporter à leurs dossiers, pour l’obtention de leurs certificats de mise en conformité. Au terme de la rencontre, Sacca Lafia a demandé à ces partis, d’organiser de nouveaux Congrès car, selon lui, pour n’avoir pas pu retiter ces certificats avant le 17 mars 2019, ils n’existent plus juridiquement. En plus cette condition, le Ministre de l’intérieur a aussi soufflé aux responsables de ces formations politiques ayant pris langue avec lui, de daigner soustraire toutes les personnes qui ont des démêlés avec la justice, dans la composition de leurs nouveaux bureaux politiques, qui seront éventuellement issus de ces Congrès constitutifs. Joint au téléphone par votre journal, l’ancien député Nourenou Atchadé, participant à cette rencontre , est catégorique, pour le compte des Fcbe. << Ce qu’il demande ne pourrait pas être faisable. Il n’y a aucun texte au Bénin qui stipule cela. Il demande de ne pas mettre les exilés principalement et d’autres personnes qui ont de problèmes avec la justice, alors que ces personnes ne sont pas condamnées. C’est à croire que le droit à la présomption d’innocence n’existe plus sous ce régime. Alors, nous disons que, du moment où il n’y a pas eu condamnation, ces personnes dont parle le Ministre ont le droit d’être responsables à différents niveaux, au sein des partis partis politiques. Même Patrice Talon en son temps, lorsqu’il était exilé, a été dans le même cas que décrit le Ministre. Pourquoi n’avait-il pas été empêché de candidater en 2016? Donc, du moment où aucun texte ne stipule cela, nous trouvons insensé ce désir du Ministre >>, a souligné le porte-parole des Fcbe.

Quant au deuxième volet qui a trait au Congrès  à refaire, l’homme indique que rien n’est encore décidé et que le parti doit en amont se concerter avant de donner officiellement une position y afférente. Toutefois, Nourenou Atchadé croit dur comme fer, que les  autorités actuelles à propos de la personnalité juridique des partis politiques d’Opposition, renforcent  par leur comportement, les craintes de ceux qui pensent comme lui, que le régime de Patrice Talon n’a jamais voulu de l’existence de ces formations politiques, opposées à son système.

Janvier GBEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite