Beau-frère de Boni Yayi : Marcel de Souza s’en est allé

265

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’homme nous a quittés.

Il n’est plus. Il s’est éteint, dans la soirée du mardi, 16 juillet 2019, à Paris en France, des suites d’une crise cardiaque, alors qu’il était en vacances. Son nom, c’est Marcel Alain de Souza. Financier de souche, l’homme a occupé plusieurs postes de responsabilités, tant sur le plan national, que sous-régional. Directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), Marcel de Souza a aussi côtoyé la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), pour avoir été nommé par l’ancien Président de la république Boni Yayi le 22 mars 2016, président de sa Commission, pour un mandat. Le disparu, a été un maillon clé, dans le système Yayi. Président du Front républicain pour une alternative patriotique (Frap, membre de la coalition présidentielle), Marcel de Souza a été Ministre béninois du Développement, de l’Analyse économique et de la Prospective, député à l’Assemblée nationale, puis candidat malheureux à la présidentielle. Originaire de Ouidah, il est le neveu de feu Isidore de Souza, ancien Archevêque de Cotonou, et le frère aîné de Chantal Yayi, épouse de l’ex-chef de l’État. Agé de 65 ans, sa dernière intervention médiatique fut l’interview qu’il a accordée à Rfi fin mai dernier, pour dénoncer la militarisation de la rue de son beau-frère, à qui il ne pouvait de ce fait, rendre visite.

 

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite