Médiation dans la crise post-électorale : Les regards tournés vers la prochaine Mission Cedeao

1 216

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Cedeao va déployer dans les prochains jours au Bénin une Mission politique de haut niveau en vue de faciliter le dialogue entre le gouvernement et l’Opposition. C’est l’une des recommandations du Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement à l’issue de la 55e session ordinaire tenue ce samedi 29 juin 2019 à Abuja. La crise politique au Bénin a été l’un des sujets abordés lors de cette réunion à laquelle a pris part le président Patrice Talon. Plusieurs recommandations ont été formulées  et à chaque étape, le mot inclusif a été plusieurs fois utilisé. C’est dire que la Cedeao tient à ce que les solutions pour une sortie de crise soient trouvées de façon consensuelle par toute la classe politique. L’opposition qui réclame l’organisation de nouvelles élections législatives, la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés devra attendre la mise en place de la Mission de la Cedeao pour formuler ses exigences.

Voici les recommandations concernant le Bénin

 

41. Concernant le  Bénin,  la Commission a  informé le  Conseil  des réformes nationales entreprises dans le  pays, notamment  la réforme  politique  qui a abouti  à  la réorganisation du processus électoral avec  pour  principal résultat la  fusion de  240 micro-partis pour aboutir à  la  constitution de  cinq (5) grandes entités politiques  .  Il a noté, par  ailleurs, que  le projet de  loi  sur la  Charte  des  partis politiques avait  été adopté par l’Assemblée  nationale  avec  81  voix  pour, 0 voix  contre  et 1 abstention. De  même, le projet de  loi  électorale  a  été adopté  par 74 voix  pour, 07 voix  contre  et 0 abstention. Ces résultats montrent que l’opposition et le  parti au pouvoir ont adopté  les deux  projets de loi  de  façon massive  et consensuelle.  Le  Conseil  a  également noté  que  la situation politique  dans le  pays  a  été tendue  au  cours des mois de  mars et d’avril 2019, suite au boycott  électoral par certains candidats des partis d’opposition lors des élections législatives du 28 avril 2019, l’Assemblée  nationale n’ayant pu parvenir à  un consensus sur la  mise  en œuvre  des réformes électorales.

42.  Le  Conseil  a  pris  note  des  préoccupations  croissantes  exprimées  face  à  l’évolution  de  la  crise postélectorale  qui  a conduit  à  des  actes  de  violence  dans  le  pays.  Il  a  par  ailleurs  noté  que  le  2  mai 2019,  la  Commission  de  la  CEDEAO  et  le  BNUAOS  ont  publié  un  communiqué  conjoint  dans lequel  ils  se  sont  dit  vivement  préoccupés  par  l’évolution  de  la  crise  postélectorale  et  ont  appelé tous  les  acteurs  politiques  béninois  à  faire  en  sorte  que  tout  contentieux  lié  aux  élections  soit  traité de  manière  collective,  inclusive,  légale  et  pacifique  afin  de  promouvoir  leur  réconciliation  et  de maintenir  la stabilité  nationale et régionale.

43.  Le  Conseil  a  également  noté  que  le  2  mai  2019,  la  Cour  constitutionnelle  a  proclamé  les  résultats officiels  des  élections,  conduisant  à  l’installation  le  16  mai  2019  de  la  8ème  législature  pour  un mandat de quatre  (4)  ans.

44. Suite  aux  discussions sur  la question, le Conseil a formulé les recommandations suivantes : À l’endroit des autorités  et des acteurs politiques béninois :

i. ii. Veiller  à  ce  que  tous  les  griefs liés aux  élections soient traités de  manière  inclusive, légale  et pacifique  ; Promouvoir  la  réconciliation  entre  tous  les  acteurs  politiques  et  veiller  au  maintien  de  la stabilité nationale et régionale  ;

iii. Pérenniser  la  culture  démocratique  enviable  qui  fait  la  réputation  du  pays  en  relevant  les défis politiques actuels. À l’endroit de la  Commission de la  CEDEAO : i. ii. iii. Poursuivre  les  discussions  avec  les  acteurs  béninois  concernés  et  soutenir  tous  les  efforts  en vue  de  trouver des solutions pacifiques face  à  la situation actuelle ; Intensifier  ses  efforts  en  vue  de  bien  évaluer  la  situation  postélectorale  et  de  soutenir  la réconciliation et la  consolidation de la  paix  ; Déployer,  selon  les  besoins,  en  collaboration  avec  l’UA  et  le  BNUAOS,  une  mission politique  de  haut  niveau  pour  faciliter  le  dialogue  inclusif  entre  le  gouvernement  et l’opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite