Journée de reboisement à Parakou et Tchaourou : La Sobebra met en terre plus de 25 000 plants

256

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis plusieurs années, la Société Béninoise de Brasseries (Sobebra) s’est inscrite dans la politique environnementale de reboisement. C’est pourquoi, après les communes de Bopa et Pahou où 42.100 plants ont été mis en terre, les communes de Parakou et Tchaourou ont reçu, samedi 29 juin 2019, la délégation de la Sobebra pour une journée de reboisement.  Les activités se sont déroulées en présence du Directeur général de la Sobebra, Sébastien Yves-Menager, des représentants du préfet, de l’inspection forestière, de la police républicaine, du commandant du groupement des sapeurs-pompiers, du directeur du cadre de vie du Borgou, des maires de Parakou, Tchaourou et N’dali.

 

Préserver l’environnement et soutenir les communautés.  Tels sont les objectifs poursuivis par la Sobebra qui s’est lancée, depuis environ deux ans, dans de grandes campagnes de reboisement à travers le Bénin. Ainsi, le week-end dernier a, une fois de plus, permis à cette société de mettre en terre 250 plants sur l’axe Parakou-Tourou et  25.000 plants sur une superficie de 10 hectares dans la Forêt classée de l’Ouémé supérieur dans la commune de Tchaourou.

Cette activité est effectuée courant mois de juin pour, d’abord commémorer le 1er juin, journée de l’arbre, ensuite le 5 juin, journée mondiale de l’environnement et enfin le 17 juin, journée mondiale de la désertification. Elle donne un sens à l’engagement écocitoyen de la Sobebra, un engagement qui est véhiculé dans la nouvelle identité visuelle de la société.

Sounon Bio Bouko, maire de la commune de Tchaourou, a salué et félicité le Dg Sobebra qui a vu juste en s’engageant dans la sauvegarde des ressources naturelles. Il a, pour finir, promis au nom de la population de poursuivre la lutte contre la déforestation en faisant les travaux agricoles tout en préservant la forêt.

Théophile Sinandounwirou, chef de l’inspection forestière du Borgou, représentant le directeur général des eaux, forêts et chasse, a quant à lui,  signifié combien cette action vient soutenir le ministère du cadre de vie et la direction des eaux et forêt. Il a aussi pris l’engagement de protéger et de suivre ces plants avec la participation des élus locaux, des maires, des structures de cogestion et des populations.

Ravi de l’implication physique des autorités et des populations, le directeur général de la Sobebra, Sébastien Yves-Menager a tout de même exprimé son inquiétude de ce qui risque de se passer dans les années à venir avec la désertification si rien n’est fait. « Ce que nous faisons ce matin est un petit coup de barre, tout petit», a-t-il indiqué en précisant que si chacun pour les jours, mois, années à venir pouvait suivre cet exemple, ceci permettra à la planète de vivre encore plusieurs millénaires. « C’est ça aujourd’hui notre combat. C’est de transformer ce que nos ancêtres ont fait…sans penser à la préservation de notre environnement …oui l’industrie pollue, toutes les industries polluent. Mais aujourd’hui, les industries ont les moyens d’être vertueuses en termes d’environnement, en termes de traitement des déchets, en termes d’économie d’énergie. Et c’est cela le virage que la Sobebra a pris il y a trois ans. C’est ce virage écocitoyen avec une visée qui était d’être le plus rapidement, le plus neutre possible envers notre environnement », a expliqué le Dg en émettant le vœu de voir la Sobebra totalement neutre en termes de déchets d’ici 2025. Pour cela, la Sobebra a créé une société pour la valorisation des déchets pour un développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite