Développement économique en Afrique: Le rapport Cnuced 2019 lancé

402

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Laboratoire de recherche en économie et gestion (Lareg) de l’Université de Parakou a été sollicité par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développent (Cnuced) pour procéder au Bénin, au lancement du rapport sur le développement de l’Afrique édition 2019. Cette activité qui entre dans le cadre de la collaboration scientifique entre la Cnudced et l’Université de Parakou s’est tenue mercredi 26 juin 2019, à l’auditorium de l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (Eneam) à Cotonou. 

Ciblé sur les règles d’origine au sein de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), le rapport sur le développement de l’Afrique édition 2019 est intitulé : « Made in Africa-les règles d’origine, un tremplin pour le commerce africain ». Selon la présentation du directeur du Lared, le professeur Barthélémy Biao, les règles d’origine − critères permettant de déterminer le pays d’origine d’un produit − pourraient jouer un rôle décisif dans le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui est entrée en vigueur en mai. A en croire ses propos, les règles d’origine pourraient changer la donne pour le continent, à condition qu’elles soient simples, transparentes, favorables aux entreprises et prévisibles. Selon les données de la Cnuced, pour la période 2015-2017, la part du commerce intracontinental ne représente actuellement que 15 % en Afrique, contre environ 47 % en Amérique, 61 % en Asie et 67 % en Europe, mais la ZLECAf pourrait tout changer. Il ressort donc du rapport que si l’accord est pleinement mis en œuvre, le produit intérieur brut de la plupart des pays africains pourrait augmenter de 1 à 3 % une fois tous les droits de douane supprimés, selon les estimations de la Cnuced.

- Advertisement -

Promouvoir le « Made in Africa »

À la cérémonie de lancement,  le directeur adjoint de l’Eneam, Théophile Dagba  s’est félicité du choix porté sur sa structure pour  abriter le lancement du rapport. Selon ses dires, l’importance du commerce dans le développement du Bénin n’est plus à démonter, compte tenu de la position stratégique qu’occupe le pays. Il a adressé ses félicitations aux différentes parties prenantes de l’activité. Resituant le contexte du lancement du rapport, le professeur Barthélémy Bio a pour sa part indiqué que l’activité entre dans la cadre d’une collaboration entre la Lared et le Cnuced en vue de la vulgarisation des conclusions dudit rapport. « Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’honore du lancement de ce rapport », a fait savoir le représentant de la ministre, Martin Ogoussan. Il se félicite également du choix porté sur un laboratoire des Universités béninoises pour le lancement de ce rapport d’envergure internationale. Selon ses propos, la thématique du rapport est d’autant plus intéressante qu’elle pose la problématique du « Made in Africa » et où l’Afrique recherche son identité compte tenu du contexte économique mondial. Il plaide donc pour une réduction des barrières en vue de relancer le commerce. Procédant au lancement du rapport, la représentante du ministre de l’industrie et du commerce, Abrielle Voglozin a invité les participants à mener des débats de qualité en vue de bénéficier des avantages qu’offre cette zone de libre-échange.

Thomas AZANMASSO 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite