Komi Koutché après la « libération » de Boni Yayi : « Les problèmes restent entiers et tant qu’ils le sont, aucun sacrifice ne doit être de trop… »

5 614

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après 50 jours de « résidence surveillée », l’ancien Président de la République Boni Yayi a pu finalement sortir. L’état de siège autour de son domicile est levé. Sur cette situation et sur la crise électorale qui prévaut, l’ancien ministre d’Etat Komi Koutché se prononce depuis Madrid où il est en exil. Pour lui, Boni Yayi n’a été que victime d’une manœuvre de détournement de l’attention populaire. Et la vigilance devrait permettre de se concentrer sur l’essentiel et de résister.

Monsieur Komi Koutché, le domicile de l’ancien Président de la République Boni Yayi vient d’être démilitarisé et nous apprenons même qu’il est en route pour ses soins à l’extérieur. Quelle lecture faites-vous de cette situation?

Il y a quelques jours, j’attirais l’attention lors d’une interview que Jeune Afrique m’a accordée, sur la stratégie de détournement de l’attention des Béninois et de l’opinion internationale, de la vraie crise que traverse le Bénin, en tentant d’orienter les attentions sur un duel virtuel entre deux amis d’hier Boni Yayi et Patrice Talon devenus par la force des choses, deux adversaires.
Pour répondre à votre question, c’est dans la suite logique de cette manœuvre qui vise à détourner les attentions des problèmes du pays au profit du duel Yayi – Talon savamment construit et virtuellement entretenu, qu’il m’est revenu comme à tous les Béninois, qu’à travers un simulacre de médiation organisée par les auteurs de la manœuvre, ce qui a été anarchiquement volé a Boni Yayi, c’est- à- dire sa liberté et sa dignité, lui a été restitué au petit matin de ce 22 juin 2019. A la suite de ce simulacre, on a déjà tendance à laisser croire que tous les problèmes sont résolus alors que la torture dont a été victime Boni Yayi durant cette période n’est qu’une conséquence de ces problèmes et non les problèmes eux-mêmes.
A ce niveau de mes réponses à vos préoccupations, je tiens à féliciter le Président Boni Yayi pour avoir été un modèle de résistance. Malgré toutes les pressions, malgré les risques sanitaires, il n’a pas cédé. C’est un signe fort pour chacun de nous. Nous restons en prière pour son rétablissement rapide.
C’est aussi important de reconnaître le mérite des Chefs d’État et anciens Chefs d’État de la sous-région pour leurs actions dans cette situation inédite. C’est dommage que le Bénin descende à ce niveau si bas.
Malheureusement, malgré cette libération, les problèmes restent entiers et tant qu’ils le sont, aucun sacrifice ne doit être de trop pour le maintien et la montée en charge de la résistance républicaine. J’invite alors le peuple souverain et surtout les jeunes, principales victimes de cette purge au sein de notre population et dont des milliers croupissent injustement dans nos prisons, à ne pas point tomber dans ce piège et à maintenir l’esprit de résistance pour la restauration de l’état de droit que nous vénérions tous parce que chacun avait la paix et la quiétude même si le panier de la ménagère n’avait pas la garniture idéale.
C’est le moment de déplorer le sang déjà versée dans le cadre de cette crise et qui n’a cessé de monter en abondance. C’est également le lieu de renouveler nos prières pour le repos des âmes des disparus et d’adresser à nouveau mes compassions à leurs proches. Il importe de rappeler à nos forces de sécurité et de défense que le combat pour la restauration de la démocratie est un combat pour tous, à commencer par les otages qu’ils sont. Elles doivent alors savoir résister à l’ordre de tirer sur les populations qu’elles sont censées protéger et dont les impôts paient leurs salaires et les armes qu’ils utilisent pour les tuer sur ordre des gouvernants actuels et de certains de leurs chefs hiérarchiques entretenus grassement pendant qu’eux sont envoyés pour affronter la mort ou tuer leurs parents.

Un appel aux populations en ce moment où le calme semble revenir
Aux populations engagées pour la résistance républicaine, j’adresse un mot de détermination et de retenue. Ces policiers et militaires sont nos frères. Ils sont aussi victimes des faits contre lesquels nous luttons. Sachons donc trouver les meilleures solutions pour ne pas tomber dans le piège de ceux qui ont intérêt à ce que les populations béninoises s’entretuent entre elles pour, d’une part, trouver les prétextes de renforcer leur autocratie, et d’autre part, réduire l’effectif de la population afin de réduire conséquemment les besoins; toutes choses qui accroissent les possibilités d’empocher plus de nos ressources par les moyens légaux spécialement créés à cet effet.

Dans la foulée de cette crise électorale, plusieurs personnes sont détenues dans les prisons béninoises. Avez-vous une adresse à leur endroit?

- Advertisement -

A tous ceux qui croupissent injustement en prison ainsi que tous ceux qui sont encore dans cette prison à ciel ouvert qu’est devenu le Bénin pour ceux qui n’acceptent pas de se constituer otage, j’adresse mes encouragements. La nuit semble être longue, mais le jour apparaitra bientôt. Le modèle en cours de développement au Bénin a des références dans l’histoire politique du monde. Par conséquent, il n’échappera pas au sort de ces références en ce qui concerne la façon dont elles finissent par finir.

Face à la situation politique, que proposez-vous aux militants et plus largement aux populations?

Il n’y a pas autre solution que la résistance. Le pays nous appelle donc pour des actions de protestation et de résistance légales et pacifiques. Nous avons tous apprécié et joui de notre modèle démocratique pendant 30 ans parce qu’il y en a qui se sont sacrifiés. Des exemples vivants existent. Si au troisième âge presque, l’amazone Thérèse Waouwa présente le beau physique qu’elle présente, nous pouvons tous imaginer ce qu’elle a été dans sa jeunesse qu’elle a pourtant sacrifiée pour l’avènement d’un Bénin juste au service des Béninois et non de quelques individus. Pour ne citer que cet exemple car d’autres légendes vivantes comme elle, existent. Mettons notre jeunesse au service de la sauvegarde de la démocratie.

Selon vous quelle est l’urgence actuellement dans le pays?

Le problème majeur des Béninois aujourd’hui et le plus crucial, c’est l’imposition des membres nommés de quelque chose qui ne peut avoir autre nom que le conseil d’administration de la société Bénin Talon SA qu’on tente de faire passer pour le parlement béninois en lieu et place de ce qui devrait l’être.
Le problème majeur du Bénin aujourd’hui, c’est le démantèlement méthodique de notre édifice démocratique avec pour corollaire, l’installation d’une autocratie qui tend à transformer les instruments dont dispose le peuple souverain pour sa protection et sa défense en instruments de répression et de tuerie d’innocents émanant de ce même peuple pour le seul objectif de protéger et de préserver les intérêts d’un individu et de sa galaxie proche.
Le problème majeur des Béninois aujourd’hui, c’est la grande misère de la population béninoise dans un contexte de confiscation de toute la richesse du pays par une minorité sans aucun égard pour le peuple souverain.
Le problème majeur des Béninois aujourd’hui, ce sont les dispositions prises pour empêcher toute possibilité d’informations contradictoires, ce qui permet de communiquer aux institutions internationales et à grand renfort médiatique, des performances économiques cosmétiques essentiellement incantatoires et qui permettent d’engouffrer le Bénin dans un océan d’endettement compromettant pour plusieurs générations. Les quelques voix qui ont osé le contradictoire sur la base d’analyses qui relèvent du bon sens en ont eu pour leur compte. Mais dans quelques semaines, nous créerons des espaces de discussions forcées sur les réelles performances économiques du pays.
L’essentiel aussi pour chacun de nous, c’est de vivre dans la paix et la quiétude. C’est l’objectif final que visent toutes nos actions. Nous devons libérer la démocratie et l’État de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite