Résolution de la crise post législatives : Talon sur deux fronts hier

1 208

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Journée chargée hier pour le Chef de l’Etat. De retour d’une rencontre avec le président du Nigéria Muhammadu Buhari dans la matinée, Patrice Talon a reçu vers 18h au Palais de la Marina la délégation de Tchaourou qui a conduit les médiations pour un retour à la paix. Si rien n’a filtré de son tête-à-tête avec le président Nigérian, on peut quand imaginer que la crise post législatives au Bénin et la situation de Boni Yayi devraient être au cœur des échanges. Qu’il vous souvienne que, de retour d’une tournée dans la sous-région, le président Nicéphore Soglo avait affirmé que les autres présidents n’attendaient que la réaction du président Muhammadu Buhari, président en exercice de la Cedeao, pour prendre une décision sur la situation au Bénin. Mercredi dernier seulement, en réponse à l’interpellation d’un député français sur la situation politique au Bénin, le ministre des Affaires étrangères de la France a affirmé que la France suit avec attention la situation au Bénin avec ses partenaires de la Cedeao et de l’Union africaine. C’est dire que la Communauté internationale attend elle aussi la décision de la Cedeao pour savoir quelle conduite tenir à l’égard du gouvernement de la Rupture. Que le président Muhammadu Buhari décide de rencontrer son homologue béninois juste au lendemain de cette interpellation n’est pas un fait anodin. Dans la sous-région comme à l’international, le Bénin est objet de toutes les attentions depuis les législatives non inclusives aux manifestations meurtrières des 1er et 2 mai. Les violences entre chasseurs et forces de l’ordre à Tchaourou sont arrivées comme la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il était donc devenu plus urgent qu’une issue soit trouvée à la crise. C’est sûrement pour ça que le président du Nigéria a décidé de prendre langue avec son homologue du Bénin. Du retour du Nigéria, Patrice Talon a pris connaissance des démarches entreprises par les cadres de Tchaourou qui ont diligenté une mission pour négocier avec les chasseurs un retour à la paix. Les doléances des populations ont porté sur la levée du dispositif policier au domicile de l’ancien chef d’Etat Boni Yayi, natif de Tchaourou, et les mesures qui seront prises pour apaiser les cœurs.  La situation sociopolitique précaire et les pistes de solutions pour un retour à la paix étaient donc au cœur des rencontres du chef de l’Etat toute la journée d’hier.

 

- Advertisement -

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite