Audience Talon-délégation de Tchaourou : La fumée blanche annoncée

14 082

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Yayi pourrait aller se faire soigner d’ici la fin de la semaine)

La fumée blanche qui sort actuellement de la toiture du Palais de la République augure d’un dégel quant à la situation post-législatives tendue que connaît le Bénin. En effet, dans sa parution de ce mercredi 19 juin, votre journal Matin Libre a annoncé que le chef de l’État, Patrice Talon recevra en audience la délégation de natifs de Tchaourou composés des Médiateurs ayant négocié le  » cessez le feu  » à la suite des échanges de tirs nourris observés sur plusieurs jours, la semaine écoulée, entre chasseurs et militaires dans cette commune au centre-nord du pays. De sources bien introduites, la rencontre se déroule très bien en ce moment, et les cadres ressortissants de cette localité dont est originaire l’ancien président Yayi Boni, pourraient ressortir dans les minutes ou heures à suivre avec la bonne nouvelle. Visiblement, le président Patrice Talon, selon les indiscrétions s’est montré très préoccupé et ouvert aux échanges. Il n’est donc pas exclu qu’à l’issue de cette audience, il fasse lever le siège du domicile de son prédécesseur à Cadjehoun pour que celui-ci  » assigné à résidence  » depuis près de 50 jours et dont l’état de santé serait dégradé, aille aux soins d’ici la
fin de la semaine.

Il faut noter que la levée de siège du domicile du président d’honneur du parti Fcbe fait partie des souhaits des chasseurs de Tchaourou et environs pour déposer les armes. Rappelons que c’est depuis les violences des 1er et 2 mai à Cadjehoun à Cotonou, que Yayi Boni, figure de proue des partis politiques de l’opposition exclus des législatives, est en  » résidence surveillée  ». Et, contre toute attente, le Procureur de la République au cours d’une sortie médiatique hier mardi, a annoncé de nouvelles  » mesures coercitives  » contre l’ancien président de la République (2006-2016) qui serait, selon lui, l’instigateur des soulèvements populaires qui ont fait plusieurs morts, des interpellations et des dégâts matériels énormes dans la capitale économique du Bénin.

 

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite