Democracy Day au Nigeria : Absent, Talon confirme les prédictions

1 098

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Attendu au Nigeria aux côtés de certains de ses pairs du continent, sur invitation du président Buhari, le chef de l’État béninois n’a pas pu être présent à la Journée de la démocratie (Democracy Day), ce mercredi 12 juin 2019. La raison avancée par une source gouvernementale contactée par nos confères de banouto (site béninois d’informations), empêchement de dernière minute dû à ” des préoccupations nationales de l’heure ”. L’agenda du chantre de la Rupture/Nouveau départ serait chargé avec une dizaine de réunions et séances de travail à évacuer dans la journée d’hier. Patrice Talon a dû dépêcher donc son ministre des Affaires étrangères, Aurélien Agbenonci pour le représenter à cette grande rencontre.

 

Ce faisant, le président de la République du Bénin n’a fait que confirmer les prévisions et prédictions de certains internautes et observateurs de la vie politique. En effet, depuis que l’annonce de cette invitation de son homologue nigérian a été divulguée sur les réseaux sociaux,   que de commentaires ! Beaucoup avaient affirmé qu’au regard de la crise électorale ayant accouché d’une Assemblée nationale monocolore avec à la clé des pertes en vies humaines, des dégâts matériels énormes et des interpellations, Patrice Talon n’ira pas à Abuja. C’est sous sa mandature que le Bénin, après trente ans presque de démocratie et modèle dans le monde, a vécu des législatives sans la prise en compte d’aucune liste de l’opposition. « La démocratie étant en berne dans son pays, qu’ira-t-il faire chez le géant de l’Est ? », se sont interrogés plusieurs observateurs. Et depuis mardi que le ballet des officiels et invités de marque  a démarré du côté de l’État fédéral, des photos de Muhammadu Buhari et ses hôtes, sans Patrice Talon, circulent dans des forums pour faire constater l’absence effective du président du Bénin à la célébration de la Journée de la démocratie. Avec la confirmation hier mercredi, par une source officielle de l’absence de Patrice Talon à Abuja, la toile s’était à nouveau enflammée avec des commentaires qui viennent comme pour corroborer les prévisions. On peut dire que le président Talon, en décidant de rester chez lui, a accepté porter le chapeau des commentaires et critiques qui découleraient de son option. Sinon, ce qui suscite étonnement est que l’agenda d’un président de la République n’est normalement pas celui du citoyen lambda. Il suit tout un planning. Quelle est alors cette urgence de dernière minute surtout une urgence nationale qui a dû bouleverser le calendrier de voyage de Patrice Talon ? Les échauffourées à Tchaourou, village d’origine de l’ancien président Yayi Boni? Le conseil des ministres qui, visiblement n’a pas eu lieu ? Les émissaires du président de la Côte d’Ivoire dépêchés sur Cotonou ? Autant d’interrogations qui continuent d’alimenter le débat sur l’absence du chef de l’État du Bénin aux côtés de son voisin du Nigeria pour célébrer la journée de la démocratie.

Il faut rappeler que cette journée a été initiée par le président Buhari pour honorer la mémoire de    Moshood Abiola (MKO), vainqueur de l’élection présidentielle du  12 juin 1993, qui a été annulée par le régime militaire de l’ancien Président, Ibrahim Babangida. Il s’agit en fait de la première élection libre du pays qui avait été finalement suivi de l’assassinat du président yorouba MKO, et de la ré-instauration des dictatures militaires.

 

Worou BORO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite