Atelier de présentation des Iuep : L’enseignement professionnel pour réduire le chômage des jeunes

73

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’hôtel du Lac à Cotonou a servi de cadre ce mercredi, 12 juin 2019, à l’atelier de présentation des Instituts universitaires d’enseignement professionnel (Iup). La présente activité, organisée par le Centre universitaire de l’enseignement professionnel, vise non seulement à renforcer la visibilité autour desdits instituts mais surtout exposer leur impact dans la réduction du taux de chômage des jeunes au Bénin…

 

A en croire la Directrice du Centre universitaire de l’enseignement professionnel, Anne Floquet, l’enseignement professionnel reste aujourd’hui la clé de la transformation d’un jeune bachelier en une personne aux multiples compétences. Et face au déficit des ressources humaines qualifiées dans des métiers pratiques, artisanaux, agricoles et du tertiaire, la réforme du sous-secteur s’impose. Chose curieuse, de plus en plus de diplômés du supérieur ont des difficultés à trouver des emplois en rapport avec leurs qualifications. “Les Instituts universitaires d’enseignement professionnel constituent une réponse au décalage persistant entre offre et demande en profils professionnels en offrant des formations à des métiers”, rassure Anne Floquet. Lesdits instituts accueillent des jeunes bacheliers et ceux titulaires de DT et Deat. Pour elle, la réforme de l’enseignement professionnel permettra alors de faire face aux difficultés de gestion des flux des nouveaux étudiants et la garantie de l’employabilité. Avec cette grande orientation de l’enseignement technique et professionnel, les Iups  font un apport spécifique en touchant des métiers encore peu connus. Au cours de sa présentation, Anne Floquet a également évoqué le modèle pédagogique, les adaptations envisagées, les fonctions assurées par les apprenants durant et après la formation. Notons également que les formations dans lesdits instituts sont accessibles, les frais étant inférieurs à ceux d’une licence professionnelle et les coûts de formation sont partiellement subventionnés par les pouvoirs publics. Procédant à l’ouverture des travaux, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso a souligné l’importance que le gouvernement accorde au développement du capital humain dans la dynamique d’une transformation structurelle de l’économie béninoise. Selon ses propos, il a été entrepris de nouvelles orientations du système éducatif pour solutionner la situation des jeunes sans qualifications. La présente activité est donc d’une importance capitale, a-t-elle reconnu. Précisons que le ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo et le ministre de l’emploi des jeunes, Modeste Kerekou ont pris part à l’atelier. Plusieurs communications ont meublé les travaux du présent atelier.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite