Selon Candide Azannai : Sous Patrice Talon, les lois ont déjà tué les droits

212

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Guy Mitokpè, toujours au pays)

Candide Azannai était en conférence de presse hier, lundi 10 juin 2019, au siège de son parti à Cotonou. Cette sortie médiatique du président de Restaurer l’espoir (Re), vise à décortiquer à nouveau l’état actuel de la démocratie béninoise sous Patrice Talon, la crise post-électorale et ses corollaires, sans oublier le cas de l’ancien député Guy Mitokpè.

 

Membre des forces politiques de l’Opposition béninoise, Candide Azannai dans cette nouvelle sortie médiatique, était soutenu par plusieurs caciques de sa formation politique. « Terreur politique dans un contexte de la dictature : comprendre pour mieux combattre ». Autour de ce thème, l’ancien Ministre de la défense de Patrice Talon est d’abord revenu  une fois encore, sur les événements funestes des 1er et 2 mai 2019, caractérisant le début de la crise post-électorale, causée par la non-participation de l’Opposition, aux joutes électorales du 28 avril. Pour  lui, les morts dénombrés au cours de ces manifestations et les “agissements” du chef de l’Etat dénotent déjà de l’état dégradant de la démocrate béninoise. « Patrice Talon ruse de toutes ses forces, pour installer au Bénin la dictature la plus cruelle. Cette parodie d’élection qui n’a connu que la participation des “klébés”, le sang des innocents versés et les arrestations arbitraires ; sont déjà trois faits qui montrent que le Président de la République est à la recherche d’une légitimité qu’il a déjà perdue. Ne vous laissez pas distraire. Il pense déjà à 2021 et cherchera à nous imposer une nouvelle constitution. Un chef d’’Etat qui contrôle totalement le pouvoir législatif, le pouvoir judiciaire et l’armée est déjà un dictateur. Car, dans toutes ses démarches, il a et continue de violer des accords et principes établis par l’Organisation des nations unies, dont le Bénin est membre. Un président démocratique ne gouverne pas par la terreur, un compétiteur ne crée pas des occasions pour empêcher la compétition. C’est ce que fait Patrice Talon actuellement. Si pour lui et comme il l’a dit au cours de sa sortie que le développement passe avant la démocratie, alors nous devons comprendre que nous ne sommes pas dirigés par un démocrate. Pire, le communiqué du Procureur de la République en date du 29 mai est un acte très dangereux. Un État de loi dans un contexte de dictature est un déni de contexte de droit car, les lois tuent les droits et les corrompent », affirme Candide Azannai. Il est revenu ensuite sur ce qu’il convient de faire pour que le Béninois lambda se sente à nouveau confiant et exempt de toute persécution quelles que soient ses affinités politiques. « Comme issues, il faut rétablir l’ordre constitutionnel en restituant le pouvoir législatif. Situer les responsabilités des tueries pour réhabiliter la mémoire de ces âmes innocentes. Et sur ce point précis, il faudra auditionner sous serment, le Chef d’Etat-major de l’armée de terre, le Directeur général du cabinet militaire du Chef de l’Etat et son adjoint, par une maison internationale indépendante. Ce sont ces trois personnes qui pourront dire avec précision, d’où est venu l’ordre de tirer sur les manifestants », poursuit-il.

Dans la même veine, n’a pas manqué de qualifier d’inadmissible et d’inacceptable ce que vit Boni Yayi actuellement et qui selon lui, est l’exemple palpable de la dictature à laquelle, nous faisons face sous Patrice Talon.

Ses conseils à Patrice Talon

 

A entendre l’ancien compagnon de Patrice Talon, rien n’est éternel. Selon ses dires, il ne sert à rien de maintenir dans la  paupérisation ses propres concitoyens si tant est que l’on est à leur service. « Quand on est chef, on ne prend pas des décisions sous l’effet de la colère. Il faut savoir s’arrêter quand il le faut. Un Président de la République doit être sensible car, il ne dirige pas des sauvages. On nous compare au Rwandais ou à la Russie. Le Rwanda est sorti d’un génocide. La Russie est sortie d’une situation pour avoir aujourd’hui cette forme de gouvernance. Donc ce sont des causes qui ont produit ces manières de gouverner dans ces pays. Nous n’avons pas connu de génocide pour qu’on nous impose une dictature. Que le Président Patrice Talon sache qu’à vouloir tricher la conséquence d’une cause qui n’est pas la source de cette conséquence, on finit par attirer aussi la cause de cette conséquence. Et ça a déjà commencé par ce qui s’est passé les 1er et 2 mai », a-t-il précisé.

Guy Mitokpè n’a pas fui

 

Cette conférence de presse a enfin eu le mérite de faire taire une fausse information qui circule depuis vendredi dernier, sur les réseaux sociaux. Laquelle information fait état de ce que, l’ancien député de la seizième circonscription électorale et Secrétaire général de Re, Guy Dossou Mitokpè, aurait fui du pays, esquivant ainsi une convocation d’un juge, toujours dans l’affaire relative aux manifestations funestes post-électorales. Faux ! Guy Mitokpè est bel et bien au pays. Son apparition inattendue au beau milieu de cette conférence de presse a permis aux uns et autres, d’avoir désormais les idées claires sur la question. «  Il est courageux. Il ne fuira pas. Il répondra de ce dont il est accusé. Nous allons le soutenir. Je vais le soutenir », confirme Candide Azannai, parlant de son Secrétaire général. Revenant sur les faits, il a expliqué que l’intéressé a reçu un coup de fil de quelqu’un qui l’a invité à la brigade criminelle, pour une procédure judiciaire le concernant. Ce qui est déplorable selon Candide Azannai qui rappelle que toute convocation se transmet par voie d’huissier ou est déposée auprès de l’autorité locale la plus proche du domicile de l’intéressé. « Mais on l’appelle par téléphone, ça ne se comprend pas. Malgré cela, l’Honorable n’étant pas disponible a chargé son avocat qu’il n’a même pas pu voir, d’aller le représenter et voir ce qui en est. Et c’est ce qui a été fait. Que ceux qui racontent des choses dénudées de sens sur Guy Mitokpè sachent que le parti Restaurer l’espoir dont est issu l’Honorable est responsable. Ce pour quoi on accuse Guy Mitokpè n’a même pas de sens. Pourquoi va-t-il fuir ? Il restera », conclut Candide Azannai sur le sujet.

 

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite