Journée internationale du vivre ensemble : Une table ronde a marqué la 2ème édition

287

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

“Vivre ensemble en paix. Quelle est ma part de responsabilité ?” c’est le thème de cette édition 2019 de la célébration de la journée internationale du vivre ensemble. Un événement célébré tous les 16 mai dans le monde entier, mais que l”Ong AISA-Bénin a commémoré en différé le samedi 8 juin 2019 à l’espace TIWANI à Porto-Novo par la tenue d’une table ronde axée sur le  thème.

 

La 2ème édition de la Journée internationale du vivre ensemble dans la paix (JIVEP) célébrée chaque 16 mai partout dans le monde entier a été marquée au Bénin, à Porto-Novo en particulier  par l’organisation  d’une table ronde de l’ONG AISA-BÉNIN sur le thème : « Vivre ensemble en paix : Quelle est ma part de responsabilité ». Le président de l’Ong AISA-Bénin, le Docteur Saliou Latoundji, dans son allocution, a remercié tous les participants au nombre desquelles les têtes couronnées, les représentants des ONG et de nombreux jeunes scouts. Il a surtout invité les uns et les autres à approfondir leurs réflexions sur les différentes communications développées au cours de l’évènement. Il est vrai que l’évènement a été  célébré ici en différé. Cependant, cela n’a rien enlevé à son importance vue la qualité des communicateurs qui ont animé la table ronde organisée dans le cadre de cette célébration. Plus précisément, les personnes ressources telles que Nadine Djogbénou qui a animé la communication sur le sous-thème : « Le Vivre ensemble en paix et la culture », Joël Atayi-Guèdègbé qui a animé la communication sur le sous-thème : « Le Vivre ensemble en paix et la société » et Raïmi Amoussou qui a présenté la communication sur le sous-thème : « La métaphysique dahoméenne du Vivre ensemble en paix » ont réussi à réveiller quelque chose de positif dans l’assistance.  «…Il est indispensable que nous vivions ensemble parce que la paix est un état d’âme. La paix ne se décrète pas. Il faut passer de la culture de ‘’JE’’ pour celle de ‘’Nous’’ pour embrasser la paix. La culture de la paix suppose une kyrielle de comportements susceptibles de prendre les autres dans notre existence. Car, une grande partie de notre vie dépend des autres. Tout au long de notre vie, nous aurons besoin des autres… », a expliqué la communicatrice Nadine Djogbénou. A sa suite, le communicateur Joël Atayi Guèdègbé, a laissé entendre que dans notre société, la tentation est toujours forte de vouloir imposer sa volonté aux autres. Ce qui engendre naturellement des conflits voire de la violence. «…L’homme peut-il se satisfaire de lui seul sur terre en éliminant tout ce qui semble le gêner ?… », s’est-il interrogé. Pour lui, la réponse est négative et cela appelle à l’éducation ; afin d’accepter l’autre dans sa différence. Toujours selon le communicateur Joël Atayi Guèdègbé, ce qui peut aider l’homme à vivre ensemble dans la société, c’est sa capacité à se mettre à la place des autres en toutes circonstances et nous devons nous condamner à la coopération en mettant un accent sur la tolérance, le respect de la différence et la solidarité. Enfin, le métaphysicien, Raïmi Amoussa, estime que le Vivre ensemble en paix suppose qu’il ne faut pas se laisser tuer. «…Nous ne sommes pas venus sur cette terre pour être la proie des animaux sauvages ou des esprits malsains. Le  Vivre ensemble nous appelle à apprendre l’art de la guerre sans laisser de trace. Dieu sait qui est juste. Il revient à chacun de rechercher le salut. Avant de poser un acte, il faut toujours avoir la notion de la main qui suppose que nous sommes complémentaires dans cette vie. Il faut avoir la foi et se confier à Dieu… », a t-il conclu.

 

Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite