Dégradation de la santé de l’ancien Chef de l’Etat : Les avocats de Yayi, inquiets, alertent !

181

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(L’immobilisme fait souffrir Yayi de la Lombo-sciatalgie Hyperalgique)

L’ancien Président de la République du Bénin, Dr Boni Yayi est souffrant et la situation que vit actuellement celui qui a dirigé le Bénin de 2006-2016 inquiète ses avocats. Ces derniers, à la faveur d’une conférence de presse samedi, 08 juin 2019 au Chant d’oiseau de Cotonou, ont décidé de porter sa voix vers le peuple béninois. Me Renaud Agbodjo et Me Kato Atita dénoncent une situation qui sort de l’entendement humain…

 

Condamné à rester à son domicile depuis le 1er mai dernier notamment avec une horde de policiers et de militaires déployée devant sa maison à Cadjèhoun, l’ex Président de la République, Dr Boni Yayi ne jouit point d’une bonne situation sanitaire. Selon ses avocats, l’homme souffre depuis quelques jours, de la Lombo-sciatalgie Hyperalgique actuellement en crise et invalidant. Une maladie contractée par l’ancien Chef de l’Etat du fait de l’immobilisme auquel il est contraint depuis plus d’un mois. « Sa santé s’est sérieusement dégradée, ses médicaments sont épuisés…Yayi ne dort plus…Si rien n’est fait pour lui, il ne peut que succomber et si un malheur lui arrive, l’organigramme de l’Etat permettra de connaître les commanditaires » alerte Me Kato Atita qui dénonce le fait qu’on ne se préoccupe point de la vie, de la santé de Boni Yayi mais que l’on s’attèle à vouloir le crucifier à tout prix. Si l’avocat estime qu’on ne peut actuellement désigner qui se trouve derrière ces machinations, il reste convaincu que si jamais il arrive malheur ou quoi que ce soit à son client, les auteurs seront connus et devront payer le prix. Car pour l’avocat, l’ancien Chef de l’Etat vit une situation inimaginable et qui sort de l’entendement humain. Et la tournure actuelle des faits devient davantage inquiétante. Dans son intervention, Me Renaud Agbodjo a d’abord rassuré que Boni Yayi se trouve bel et bien à son domicile pour démentir la rumeur selon laquelle l’ancien Président serait en fuite. A en croire ce dernier, tout porte à croire que Yayi est le seul leader de la résistance au regard de ses ennuis. Séparé de ses proches, l’homme a été interdit de visite même de son avocat même si par la suite, le Barreau est intervenu pour lever cette interdiction. Ainsi, seul son avocat et son Kiné lui rendent visite. Surpris par les faits, Me Renaud Agbodjo affirme avoir demandé au Procureur général si Boni Yayi faisait l’objet d’une procédure pénale. Le procureur ayant répondu par la négation, pourquoi alors cet acharnement contre son client, s’interroge le jeune avocat. « C’est de la torture morale, de la séquestration…Notre arsenal juridique ne prévoit pas l’assignation à résidence » dénonce-t-il avant d’accuser le gouvernement de commettre une infraction d’ordre criminel en évoquant les principes garantissant la liberté de circuler à tout ancien Chef de l’Etat. Car, bénéficiant d’une protection internationale. Toute chose contenue également dans le nouveau code de procédure pénale en son article 232.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite