Grogne dans l’enseignement supérieur : L’Intersyndicale en Ag ce jour

437

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Intersyndicale des enseignants du supérieur ne dépose pas les armes et s’oppose farouchement aux réformes du gouvernement dans les universités nationales du Bénin. Après avoir, dans un communiqué, désapprouvé le paiement des frais d’inscription au Cci du Cames session 2019, l’Intersyndicale convie tous les candidats concernés à une importante réunion ce jeudi, 06 juin 2019…

 

- Advertisement -

« La Coordination de l’Intersyndicale des UNB invite expressément tous les candidats à une inscription sur les listes d’Aptitude du Cames 2019 à une importante réunion qui se tiendra le jeudi, 06 juin 2019 à l’amphi ex Flash sur le campus d’Abomey-Calavi », lit-on dans le communiqué de l’Intersyndicale des enseignants du supérieur. Ainsi, dans l’après-midi de ce jeudi, l’Intersyndicale se prononcera à nouveau sur cette question. Dans une précédente déclaration, les enseignants du supérieur avaient exprimé leur consternation du fait que, par notes de service, les équipes rectorales des UNB appellent instamment les collègues à verser dans des comptes spéciaux les frais d’inscription au CCI du CAMES session 2019, dans le délai impératif du 15 juin 2019. « Des instructions en application de la circulaire illégale du MESRS (N°1155/MESRS/SGM/DAF/SRHDS/DGCPER du 05 avril 2019) qui exige des candidats aux différents grades du CAMES la prise en charge des frais de participation, tout en les privant de leur droit au reclassement automatique après succès. Cette circulaire a été fustigée et fermement condamnée par toute la communauté universitaire et l’AG du 28 mai 2019. La CIS attire l’attention des collègues sur le fait que les courriers de rappel du CAMES invoqués pour mettre la pression sur les candidats, sont bien adressés à l’Etat béninois qui est invité à verser les frais à temps, comme il le fait pour tous ses agents envoyés en stage de perfectionnement ou en formation (diplômante ou non) dans d’autres ministères. Pour vous en convaincre, dans la Demande de paiement N°057.2019/CAMES/SG/KP du 15 mai 2019 adressée au MESRS, il est écrit : « Pour financer les charges liées au CCI, le CAMES compte essentiellement sur le paiement des droits d’inscription, qui est effectué par le Ministère de tutelle ou par l’institution d’origine du candidat. En cas de retard, le SG/CAMES sait comment adresser un rappel déférent, mais ferme aux Etats qui finissent par s’exécuter pour ne pas bloquer le fonctionnement de l’institution » peut-on lire dans ladite déclaration. Et pour les enseignants du supérieur, chercher à faire payer à ce moment aux candidats béninois les frais d’inscription relève d’une lecture biaisée des textes en vigueur, d’un plan obscur et d’une improvisation totale. Tout en invitant les équipes rectorales à ne pas cautionner ou se faire complices de ce qui apparaît aujourd’hui comme une grave escroquerie intellectuelle voire financière, hautement préjudiciable à la formation des cadres et à la recherche, l’Intersyndicale avait demandé à tous les candidats de s’abstenir du paiement desdits frais, en attendant que la situation soit clarifiée avec les diverses autorités. Des clarifications qui pourraient être alors données ce jeudi !

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite