36ème session du conseil des ministres du CAMES : Marie-Odile Attanasso, désormais présidente du Conseil

614

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Bénin préside désormais le Conseil des ministres du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Elue à l’issue des travaux de la 36ème Session du Conseil, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Bénin, Marie-Odile Attanasso conduira désormais les destinées du Conseil….

 

Au terme des travaux du conseil des ministres de l’institution tenu le 30 mai dernier à Cotonou, six (06) universitaires dont la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Bénin, Marie-Odile ATTANASSO ont été distingués. Et selon l’annonce faite par le Secrétaire Général du CAMES, Professeur Bertrand MBATCHI, elle a été élevée au grade de Commandeur de l’Ordre International des Palmes Académiques du CAMES, (OIPA/CAMES) en reconnaissance de l’engagement mis au service de l’enseignement supérieur et des efforts consentis pour la promotion de la recherche. Mais surtout pour le leadership effectif dans l’organisation et la réussite des assises de Cotonou. Pour ses pairs, elle a des idées nouvelles, de l’ambition et l’esprit d’initiative pour l’enseignement supérieur. Pour le Secrétariat Général du CAMES, cette décoration se justifie bien sans doute pour cette dame à la fois compétente et impassible. Et cela se voit aisément dans les résultats obtenus. Cette réputation d’efficacité de Marie Odile ATTANASSO à orchestrer des réformes courageuses et même dérangeantes ne l’ont aussi pas abandonné depuis sa nomination. Mieux, sa présence, son volontarisme, sa détermination et son endurance à accompagner l’institution faîtière qu’est le CAMES, ont été également salués. Telle sa proactivité dans l’organisation sans faille couronnée de succès de la 36ème session du CAMES au Bénin ayant consacré 03 officiers et 03 commandeurs dans l’Ordre International des Palmes Académiques du CAMES, (OIPA/CAMES). Elle succède ainsi à son homologue camerounais le Professeur Jacques Fame NDONGO. La ministre béninoise aura donc à imprimer une marque de gouvernance progressiste à l’institution. Quand bien même nul ne doute de ses capacités à relever le défi, elle appelle à une synergie d’action. Marie-Odile Attanasso qui, d’ailleurs, laisse, depuis un certain temps, ses marques au niveau des instances régionales comme l’EAMAU (École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme) et de l’UEMOA où elle est aussi présidente du conseil des ministres.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite