Cabale gratuite contre le DG/FAC : Gilbert Dèou Malè victime de sale besogne sur la toile

343

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Les malintentionnés devront cesser)

Depuis peu, certains ennemis des réformes, de la capitalisation des acquis et de l’évolution collective, alimentent sur les réseaux sociaux une cabale contre le Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture, Gilbert Déou Malè. Pour une fois que le secteur culturel a la chance d’avoir un homme du sérail, qui connaît la maison et qui fait le bonheur des acteurs culturels toutes catégories confondues, il faut que des gens animés d’une  mauvaise foi, se la jouent comme s’ils sont capables de quelque chose. En effet, l’autorité, contre toute attente, fait l’objet d’attaque ciblée de tierces personnes sur la toile. Ceux-ci s’offrent le galeux plaisir de formuler des  critiques sur des sujets dont ils n’ont aucune maîtrise. Ils se plaisent d’émettre des avis sans fondement sur la gestion et le fonctionnement actuel de la direction. Et comme si cela ne suffisait pas, les intéressés s’embrouillent et s’ennuient sans preuve dans des chiffres dont ils n’ont aucune certitude. Par ailleurs, pour affiner leur funeste dessein afin d’assouvir leur soif diabolique, ils  jettent de l’opprobre non seulement sur le travail de fourmis qui se fait au quotidien, mais aussi sur le Directeur et ses collaborateurs. De toute façon les vrais acteurs culturels suivent et apprécient les actions de celui-là que tous les véritables créateurs d’œuvre de l’esprit chouchoutent aujourd’hui. Car, pour tenir un franc parlé,  les mêmes qui critiquent  ont été ceux qui ont fait des projets au nom de leurs frères, leurs cousins, leurs épouses et même leurs maîtresses dans ce pays. Etant donné qu’il n’y a plus d’issues pour leur forfaiture à cause des réformes entreprises par le Directeur, ils n’ont trouvé mieux à faire que de  le vilipender. Mais il est important de se rendre à l’évidence de ce que  la personne qui critique sans cesse jouit d’une si faible estime d’elle-même qu’elle n’arrive pas à discerner les aspects positifs chez les autres. Au fond, elle projette ses propres faiblesses. Elle déprécie pour tenter de se valoriser. Le Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture Gilbert Déou Malè doit fermer hermétiquement ses oreilles et continuer sur la même lancée. Et pendant que les malveillants se mélangent les pédales à vouloir dénigrer Gilbert Déou Malè, l’homme est célébré dans le septentrion pour ses actions salvatrices pour un secteur culturel reluisant. Il a été distingué par la Communauté Otammari. Des noms et sale dossiers vont sortir bientôt.

 

 Mike Mahouna

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite