Violences post-électorales au Bénin : Un délai d’un an pour mener les enquêtes, selon l’Onu

465

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Comité de l’ONU contre la torture est préoccupé par la forme de la répression des manifestations post-électorales au Bénin. Les experts indépendants membres de ce Comité en ont discuté vendredi 17 mai  dernier. Ils donnent un délai maximum d’un an au gouvernement béninois pour des enquêtes. Selon les informations relayées sur ONU Info après la réunion du Comité l’ONU contre la torture tenue vendredi, les experts de l’organisation ont été informés «d’un recours excessif à la force, y compris des tirs à balles réelles contre des centaines de manifestants entourant la résidence de l’ancien Président Thomas Boni Yayi pour lui témoigner leur soutien» et que ceci « aurait causé des morts » de personnes. «Nous en avons fait une question prioritaire d’une urgence capitale» précise Abdelwahab Hani, Expert du Comité contre la torture, rapporté par le média. Le Comité a intégré ces informations dans ses recommandations urgentes. Il demande au Bénin une évaluation « dans un délai maximum d’un an» pour apporter des réponses à ces informations. Ceci, «parce que l’usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques n’est pas accepté au regard de la Convention contre la torture», confia l’expert Hani à ONU Info. « Il –le comité-demande aussi à Cotonou de développer des lignes directrices claires sur le recours à la force et aux armes intégrant les principes de légitimité, nécessité, proportionnalité et précaution » précise le site.

 

 

(Source externe)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite