Recrudescence des vols et braquages à Parakou : Nécessite de renouer avec les brigades civiles de sécurité

279

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Qu’est ce qui pourrait justifier  encore la présence des brigades civiles de sécurité dans la ville de Parakou si tant que la municipalité a mis en place sa politique sécuritaire ? Si les populations en arrivent à réclamer à grands renforts médiatiques  les brigades civiles de sécurité, c’est dire donc que la municipalité de Parakou a échoué sur le plan de la sécurité des personnes et des biens sur son territoire. En clair, elle est incapable d’assurer la quiétude des populations censées participer au développement de la ville. Mais, avec un peu de recul, on peut être amené à dédouaner la municipalité de Parakou. Et pour cause, les nombreux cas d’actes d’insécurité, pourrait justifier le retour des brigades civiles de sécurité. En effet, le gouvernement de la rupture, par une décision en date du 16 Mai 2018, a décidé de la suppression  sur toute  l’étendue du  territoire   national des   activités des   brigades de sécurité civile  dans les quartiers de ville et villages.  Cette décision était motivée par les nombreux cas de désordres enregistrés dans le cadre des brigades civiles de sécurité dans les différentes localités selon le directeur général de la police républicaine. Se conformant à cette décision, les brigades civiles de sécurité de quartier de la ville de Parakou  ont   été   interdites  d’activités.   Seulement,   quelques  semaines   après   cette décision, les vols, braquages et autres actes de criminalité se font de plus en plus récurrents dans la ville de Parakou et ceci même en plein jour. En témoigne, le braquage de cet exploitant de produits tropicaux froidement abattu environs de 14 heures. Les populations de la cité des Koburus ne se sentent plus en sécurité, et réclament la reprise des activités de ces brigades civiles de sécurité qui viennent en appui aux éléments de  la   police  républicaine.  En   effet, les  membres de   ces brigades  civiles, sont   des bénévoles   qui travaillent   en parfaite  intelligence   avec les chefs   de quartiers et   de villages. Ils sont  d’ailleurs régulièrement enregistrés auprès de  ces derniers comme exerçant une telle activité. Face à l’insécurité qui se fait de plus en plus grandissante dans la ville, il urge que le gouvernement revienne sur sa décision pour autoriser la reprise des  activités des   brigades civiles   de  sécurité  dans les   quartiers de  villes et villages. Même s’il faut reconnaître que la police républicaine est garante de la sécurité des populations, elle ne peut être dans tous les quartiers de villes et villages au même moment et c’est là, qu’intervient l’importance et l’utilité des brigades civiles de sécurité qui sont dans la communauté et jouent un rôle de dissuasion dans les quartiers. Ces brigades civiles avaient pour rôle de relayer dans les quartiers, les forces de l’ordre lors des patrouilles nocturnes et diurnes. Il revient au gouvernement de trouver la formule pour établir une franche collaboration entre la police républicaine et les brigades civiles de sécurité.  Il y a va de la sécurité des personnes et des biens. Qui sait si,  ces  brigades   civiles de  sécurité étaient   en place, et elles   n’auraient pas   aidé les éléments de la police républicaine à avoir des informations sur les actes de vandalisme et de violence qui ont eu lieu le jour et le lendemain du scrutin législatif dernier. Dans les tous cas, les populations de Parakou réclament la reprise des activités des brigades civiles de sécurité sur le territoire de la commune, seul gage de leur quiétude et sécurité.

 

Albérique HOUNDJO

(Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite