Affermage/sous-secteur eau potable en milieu rural au Bénin : Sylvain Adokpo-Migan clarifie

350

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au cours de ses récentes réunions, le du conseil des ministres a pris la décision relative à la création d’une commission ad‘hoc chargée d’étudier les dossiers en vue de la sélection des opérateurs pour la gestion par affermage du service public de production, de transport et de distribution d’eau potable en milieu rural. Une décision qui a suscité des remous au sein de la population béninoise. Intervenant sur la chaîne de télévision Canal 3 hier dimanche 12 mai 2019, le Directeur général de l’Agence nationale d’approvisionnement en eau potable en milieu rural (Anaepmr), Sylvain Adokpo-Migan, a expliqué l’intérêt et l’importance, mais également la nécessité de cette mesure.

 

Le Directeur général de l’Agence nationale d’approvisionnement en eau potable en milieu rural (Anaepmr), Sylvain Adokpo-Migan n’y est pas allé du dos de la cuillère pour expliquer les tenants et aboutissants de la réforme de l’affermage régional ainsi engagée par le gouvernement. Sur les plateaux de Canal 3 Bénin, Le Dg/Anaepmr a tenu à dissiper les inquiétudes des Béninois à la suite du dernier conseil des ministres, face à cette décision du Gouvernement, qui à l’en croire n’est pas une grande innovation. En réponse à ceux qui concluent à une privatisation d’un secteur aussi sensible que celui de l’eau, Sylvain Adokpo-Migan a d’abord rappelé la vision du Gouvernement qui est d’assurer l’accès universel à l’eau potable aux populations à l’horizon 2021, anticipant ainsi la date au lieu de 2030 retenue par la communauté internationale pour l’atteinte des Odd. Selon ses explications, cette ambition a intégré les besoins en eau de la frange la plus importante de la population à savoir les populations rurales.  Et c’est ce qui justifie selon ses propos, la création de l’Anaepmr. Déjà, les grands chantiers sont amorcés et atteignent un niveau intéressant et prometteur, a fait savoir le Directeur général de l’Agence.  Selon ses propos, c’est pour une bonne exploitation, un entretien régulier et le renouvellement et le cas échéant, la réhabilitation des infrastructures de type nouveau réalisées dans secteur de l’hydraulique rurale qu’intervient l’option de l’affermage qui sera la modalité de gestion professionnalisée du patrimoine étatique du sous-secteur de l’hydraulique rurale pour garantir sa durabilité. Tout ceci pour une efficacité dans la fourniture du service à des tarifs qui soient socialement acceptables par les usagers. Sylvain Adokpo-Migan a tenu à rassurer quant à la transparence qui va entourer le processus de sélection des opérateurs : « La sélection se fera en tenant compte du nouveau cadre juridique portant partenariat public-privé (la loi 2016-24 du 28 juin 2017 portant cadre juridique du partenariat public-privée en République du Bénin et ses décrets d’application). Nous allons organiser une vraie compétition. Les opérateurs économiques vont se battre et à compétence et plateau technique égal, ce qui va les départager ce sera le prix exploitant de rémunération au mètre cube”, a-t-il souligné.

De nombreux avantages pour la population

Dg/Anaepmr, Sylvain Adokpo-Migan n’a pas manqué de dévoiler les avantages que procure une telle décision pour a population. A l’en croire, les populations rurales qui ont actuellement accès à l’eau potable sont facturées entre 800 et 1000 FCfA le mètre cube contre 453 FCfA pour celles vivant en milieu urbain. Ce qui ne sera pas le cas pour le nouveau système : « Avec l’affermage, on sera désormais en face d’une saine concurrence entre les opérateurs qui seront sélectionnés ce qui induira une réduction sensible du coût au mètre cube », clarifiera-il.

 

Mike Mahouna

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite