Echos du Septentrion (08 Mai 2019)

935

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

DJOUGOU

Beaucoup d’abandons des classes dans le mois du jeûne musulman

 

Plusieurs salles de classes des écoles primaires se vident déjà dans la commune de Djougou. C’est le début du mois du jeûne musulman qui est à la base de cette désertion des classes. Le constat est plus alarmant au niveau des quartiers fortement islamisés de la commune, avec des effectifs réduits de plus de la moitié dans les salles de classes.

C’est carrément devenu un phénomène cyclique, qui revient en périodes de carême dans la commune de Djougou.  Ibrahima Adamou, Directeur départemental des enseignements maternel et primaire (DDEMP) de la Donga multiplie des séances de sensibilisations tant au niveau des parents d’élèves et des élèves afin que ces derniers soient effectivement présents dans les salles afin de permettre à améliorer les résultats de fin d’année.

Arouna Kpara, président des associations des parents d’élèves de Batoulou et Michel Dangou président de la coordination des associations des parents d’élèves et d’étudiants de la commune de Djougou, ont exhorté les parents à faciliter la tâche aux élèves surtout les candidats en les dispensant du jeûne jusqu’à la fin des examens.

PARAKOU

19.166 candidats à l’assaut du BEPC dans le Borgou

 

19.166 candidats composeront pour l’obtention du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), dans le département du Bénin, le 27 Mai 2019. En clair, 19.166 candidats ont été enregistrés pour prendre part à cet examen. Le nombre de candidats au Bepc a connu une augmentation de 2.310 candidats comparativement à celui de l’année 2018.

12.399 candidats composeront dans la série moderne court (MC) et 6.767 candidats pour celle moderne long (ML). Soit 714 candidats pour l’épreuve d’allemand et 5.196 pour l’épreuve d’anglais. Les 19.166 candidats inscrits seront répartis dans 25 centres d’examen au niveau du département du Borgou.

KANDI

Les comités villageois de gestion foncière installés

 Il a été procédé le week-end écoulé par le maire de Kandi, Alidou Démonlé Moko, accompagné de son deuxième adjoint et du chef bureau du domaine et du foncier de Kandi, Comlan Gratien Atidekou, à l’installation des membres des comités villageois de gestion foncière de la commune de Kandi. Ce sont les arrondissements d’Angaradébou et celui de Bensékou qui ont ouvert le bal des installations, avant que les huit autres arrondissements de la commune ne disposent de leur comité de gestion foncière. A chaque étape, les réformes contenues dans le nouveau code foncier ont été présentées aux chefs de villages et populations. Le maire Alidou Démonlé Moko a vanté les avantages des comités de gestion foncière dans la résolution des conflits domaniaux dans la commune. Le maire s’est réjoui de voir les comités villageois de gestion foncière prendre corps dans sa commune.

BEMBEREKE

Les agents méritants de la mairie honorés

 

Aboudoulaye Gbian, le premier adjoint au maire a procédé à la remise des lettres de félicitation au secrétaire général et les chefs des services de la mairie de Bembèrèkè. Ceci en reconnaissance aux nombreux efforts fournis par ces derniers, depuis quelques années et qui ont hissé la commune au rang des commune les plus performantes du Bénin.

« J’ai l’honneur de vous adresser, au nom du Conseil communal, des populations de Bembéréké et en mon nom propre, mes vives et sincères félicitations pour les résultats performants que vous avez permis à la mairie d’obtenir notamment le prix de la Bonne Gouvernance ADECOB édition 2018 et le positionnement de la Commune parmi les communes les plus performantes du Bénin au titre de 2017. » Ainsi, s’est exprimé le premier adjoint.

La commune de Bembéréké a bénéficié de 4 motos pour la première place occupée dans le Borgou comme Prix de la Bonne Gouvernance organisé par l’association pour le développement des communes du Borgou (ADECOB). Les résultats de l’audit FADEC 2017 classent la commune de Bembéréké, comme la première commune performante du Benin.

NATITINGOU

La ligue Atacora-Donga de pétanque dénonce leur mauvais traitement

 

Les membres de la ligue Atacora-Donga de pétanque sont fâchés. Ils sont montés au créneau, vendredi dernier, pour dénoncer, la politique de deux poids deux mesures de la fédération béninoise de Pétanque dans la mise en œuvre de sa feuille de route et le mauvais traitement dont ils sont objets. Ils dénoncent la marginalisation de la partie Nord du Bénin sur tous les plans par l’actuelle fédération de pétanque.

Pour ces derniers, la marginalisation se traduit par les inégalités observées dans l’attribution des quotas aux ligues et le mauvais traitement dont ils font objet lorsqu’ils vont pour les compétions à Cotonou. Notamment, l’application des tarifs insignifiants pour les nuitées.

Samandou Ogoudélé a déploré, le non-respect de sa feuille de route. « Pour le compte du second trimestre de l’année 2018, une compétition devrait être organisée dans l’Atacora, jusqu’à ce jour rien et à notre grande surprise la fédération nous parle d’une rentrée fédérale à Porto-Novo suivie de l’organisation d’une compétition », s’est indigné le porte-parole de la ligue. Les membres de la ligue départementale de l’Atacora-Donga, menacent de créer leur propre fédération si rien n’est fait pour corriger les injustices.

 

  • Les professionnels des médias ont célébré le 3 Mai

 

Les journalistes exerçant dans la commune de Natitingou ont célébré vendredi dernier, la journée internationale de la liberté de presse. Cette première édition de la célébration au plan local a été placée sous le thème au niveau local « Regard de la communauté sur la presse locale ».

Une émission débat sur les antennes de la radio Nanto Fm avec les acteurs locaux, pour se convaincre de la perception de la communauté sur la presse locale, une campagne de don de sang et une soirée dinatoire. Telles sont les activités au menu de cette célébration.

Les professionnels des médias exerçant à Natitingou, ont saisi cette journée pour échanger également sur leurs conditions très précaires de travail et surtout les difficultés auxquelles ils font face dans l’exercice de leur métier.

Maguidi Kora Gbéré, chargé de mission du préfet de l’Atacora, a, au nom du préfet, félicité les journalistes locaux pour le travail exceptionnel qu’ils abattent pour informer, former, éduquer, sensibiliser et divertir les communautés.

 

Réalisation : Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite