13ème édition des trophées ‘’Sicca international’’ : Une mésaventure fumante pour l’orchestre 10 Volts du Bénin

253

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Les artistes peuvent compter sur Oswald Homeky)

Ces trophées sont promus par un Béninois, Alli Wassi Sissy. Et le festival des Stars de l’intégration culturelle africaine ‘’Sicca’’, au cours duquel ces sésames, qui portent le même nom ‘’Sicca’’, sont décernés à des talents artistiques de l’Afrique, livre des artistes béninois à leur propre sort dans les rues de la Guinée Conakry. Ils sont Quatorze (14) jeunes artistes béninois de l’orchestre ‘’10 Volts’’ à prendre part, en Avril dernier, à ce festival qui était à sa 13ème édition. Le groupe était en Guinée où il a presté normalement comme tous les autres artistes invités sur l’expédition. Mais à la fin, l’aventure a été amère pour eux avec le promoteur Alli Wassi Sissy. « Les choses se sont mal tournées et pour des raisons que seul le promoteur serait à même de clarifier, nous-nous sommes retrouvés dans les rues de Conakry sans le moindre copeck », explique douloureusement  un des responsables du groupe. Et si leur retour au bercail a été possible, c’est grâce à la bouée de sauvetage (Fonds des arts et de la culture ‘’Fac’’).  Le Ministre Oswald Homéky, en charge du Tourisme, de la Culture et des Sports et le DG Gilbert Deou Male ont volé au secours de ces vaillants Béninois abandonnés à leur propre compte, et ce, pendant plusieurs jours dans les rues de la Guinée Conakry. Ils ont été accueillis samedi dernier, à la salle de conférence du Ministère du Tourisme, de la Culture et des Sports.

Alli Wassi Sissy est coutumier du fait…

Avec le promoteur des trophées Bénin Golden Awards et Sicca, l’on a l’impression que ses compatriotes constituent la chose qu’il faut regarder par les persiennes  lorsqu’on a fini de traiter en roi les citoyens des autres pays. L’homme a ce rituel de mépris froid qu’il observe à chaque fois qu’il est au contact de ses frères et sœurs du pays dans le cadre de son festival. Et il vient d’en donner la preuve en Guinée avec les 10 Volts. Le cas des hommes des médias locaux est fréquent lorsqu’il se retrouve devant la presse étrangère. Et mieux, il n’hésite pas à sous-estimer le talent et à douter publiquement du professionnalisme des siens. Au moins les 10 Volts ont bénéficié du trophée et de l’attestation. Et pourtant l’organisation de cette manifestation n’est pas chose possible sans une subvention venant de l’Etat béninois tous les ans, donc du contribuable. Bref, le promoteur est interpelé et est attendu au créneau pour dire sa part de vérité sur la situation.

 

Teddy GANDIGBE 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite