Tensions post-électorales au Bénin : Michel Amoussou plaide pour la paix sociale

492

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le jeune acteur politique, opérateur économique franco-béninois et président de l’Union nationale des jeunes pour le progrès (Unjp), Michel Amoussou, ne reste pas indifférent à la situation sociopolitique au Bénin. Après ses interventions sur plusieurs affaires et sujets d’actualité, le fils de l’ancien ministre des finances sous le Général Mathieu Kérékou s’est dit très touché, depuis la France, de l’image projetée du Bénin  avec des tensions post-électorales. Dans son message adressé à toute la classe politique et au peuple béninois, l’homme qui a toujours prôné un nouvel ordre des choses, tente de situer les responsabilités tout en appelant au calme et à la préservation d’une paix sociale durable au Bénin… (Lire son message)

 

« Les scènes de violence et d’affrontements “sanglants“ à la limite “meurtriers“ observés ces derniers jours dans notre pays, le Bénin, ne reflètent point le modèle démocratique que nous avons toujours incarné depuis l’historique Conférence des forces vives de la nation. Nul ne peut interdire à un peuple d’exprimer son mécontentement et son désarroi quand il estime que ses attentes ne sont pas comblées ou encore banalisées par les gouvernants. Mais il est souhaitable de ne pas mettre en péril la paix sociale, en voulant se faire entendre et défendre une cause. En vérité, l’option de “bruler le pays, le Bénin“ ne fera pas de notre chère et commune nation, l’El dorado rêvé ! Oui, où irons-nous lorsque nous aurons tout consumé ? Où irons-nous lorsque la barbarie s’installera avec des tueries à n’en point finir ? Non, ne franchissons pas ce rubicond ! Les pays qui ont connu la guerre n’ont pas fini de se reconstruire, des décennies après ! Des réfugiés ne sont pas prêts à rejoindre leur pays, des femmes violées gardent des souvenirs douloureux, des milliers de familles pleurent et pleureront toujours leurs morts, leurs proches, abattus sous leurs regards impuissants. Non, l’Union nationale des jeunes pour le progrès (Unjp) ne veut pas de ce scénario pour notre pays ! Déposons les armes quoique la lutte engagée soit juste voire noble ! Car elle ne vise qu’à restaurer des acquis démocratiques, entre-temps mis en danger par l’ensemble de la classe politique. Nous disons bien, l’ensemble de la classe politique béninoise. C’est elle, en réalité qui, pour des intérêts égoïstes et assoiffés de vengeance, nous conduit vers un horizon sombre. Jeunes, ta mission ne se trouve pas dans cette lutte, elle est ailleurs. Oui, l’Unjp condamne des élections non inclusives au Bénin ! Oui, l’Unjp doute de la crédibilité et de la transparence du processus électoral avec une interprétation des textes électoraux, chacun en sa faveur. L’Unjp dénonce des critères (quitus fiscaux, certificat de conformité etc) conçus pour exclure une partie de la classe politique des élections. Au gouvernement de la Rupture, nous disons qu’il faut savoir parfois s’arrêter et opter pour la voie de la sagesse, celle qui nous contraint à prêter oreille attentive aux cris et plaintes de la majorité, du peuple. La seule évidence est qu’on ne gouverne que pour le peuple et qu’on ne peut faire son bonheur contre son gré. L’intelligentsia béninois a toujours sût nous éviter le pire mais pourquoi on refuse de sauver les meubles alors que nous le pouvons. Qu’en est-il des missions internationales et sous-régionales dépêchées au Bénin ? Qu’en est-il des concertations, des démarches de la société civile, des acteurs politiques, religieux, sages et notables ? Tout cela aura alors été vain. On ne saurait être plus intelligent plus que tous. Dans un Etat démocratique comme le nôtre, il revient au gouvernement de savoir fléchir quand il le faut. Il ne s’agit pas d’un camouflet mais la preuve que le pouvoir, c’est le peuple qui le détient et qui l’exerce. Aux partis de l’opposition, l’Unjp appelle à des propos responsables et les invite à être des épris de la paix. Pas d’appel à la violence tant que la lutte peut être menée autrement. Eux, amis d’hier et ennemis d’aujourd’hui. Que le jeu politique ne nous amène à consumer ce seul pays que nous avons.  Ne brûlez pas ce pays, ce Bénin ! De toute façon, l’histoire retiendra ! L’Union nationale des jeunes pour le progrès invite le gouvernement à privilégier le dialogue et parvenir à des concessions pour éviter que le Bénin ne bascule dans le Chaos ! Jeunes, l’Unjp t’invite au calme car ce pays, c’est à toi de le construire et non de le détruire ! Non à la violence ! Plus jamais ça au Bénin !

 

- Advertisement -

Michel AMOUSSOU

Président de l’Unjp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite