Elections législatives 2019 : 22,4% de taux de participation, 206 incidents signalés

1 873

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Pour la première fois depuis l’avènement du renouveau démocratique au Bénin, les élections législatives du 28 avril 2019 ont enregistré le plus faible taux de participation soit 22,4%. De même, ledit scrutin a été entaché de violences avec environ 2016 incidents enregistrés, selon la Plateforme électorale des Osc…

22,4%, c’est le taux de participation aux élections législatives du dimanche, 28 avril 2019 au Bénin. Ainsi, sur les 226 971 électeurs inscrits dans les postes de vote suivis, 50 900 votants se sont présentés. Ceci reste d’ailleurs le plus faible taux de participation enregistré depuis l’avènement du renouveau étant donné que les taux de participation se situent entre 52% (législatives 1991) et 76% (législatives de 1995). En effet, à en croire la présidente de la Plateforme électorale des Osc, Fatoumata Batoko Zossou, les 789 moniteurs déployés dans 546 arrondissements du pays n’ont pas pu tous collecter des données de participation du fait que tous les postes couverts n’ont pas fonctionné jusqu’à l’étape du dépouillement. « Dans le détail, les chiffres expriment une situation inédite de taux allant de 1,25% de participation (5 votants sur 400 au PV2 de l’Epp Adjigo à Bantè, Collines) à 63, 87% de participation (313 votants sur 490 inscrits dans le PV1, place publique Dekpada, Covè dans le Zou) », a déclaré la présidente de la Plateforme. Il est à noter également qu’une cinquantaine de postes de vote n’ont pas du tout ouverts, selon les moniteurs déployés sur le terrain. Quant aux incidents majeurs, 206 cas ont été signalés sur le plateau technique de la plateforme. Il s’agit entre autres de la séquestration d’un officier des forces armées à Adido à Savè, destructions et incendies de matériel électoral, équipements et autres biens à Boukoumbé, Bantè, Parakou, Tchaourou, des entraves à l’ouverture  des postes de vote, accrochages entre militants des partis, des populations et forces de sécurité publique, pressions et menaces suivies d’interruption de vote à Bantè et Parakou, intimidation à l’aide des forces occultes endogènes. La plateforme a déploré également la restriction de l’accès à l’internet sur toute l’étendue du territoire national ainsi que la coupure de l’appel à l’international dans la soirée du jour du scrutin. Si pour beaucoup d’observateurs, le Bénin a frôlé le pire ce dimanche, 28 avril 2019, la Plateforme électorale appelle les gouvernants à tirer leçons de la situation qui a prévalu avant, pendant et après le scrutin législatif. Pour la Plateforme, une loi électorale comportant des dispositions dont l’application conduit à l’exclusion d’une partie de la classe politique est préjudiciable à la paix. A présent, les regards sont tournés vers la Commission électorale nationale autonome pour les grandes tendances.

 

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite