Décès enregistrés lors des violences électorales ce dimanche : La Plateforme des Osc confirme et contredit Sacca Lafia

709

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans une déclaration au soir du scrutin, le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia a-t-il voulu voiler les faits ou minimiser les actes violences ? En effet, selon l’autorité ministérielle, les élections législatives se sont déroulées dans un climat apaisé malgré des violences enregistrées. Le hic est que le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique a déclaré qu’aucune perte en vie humaine n’a pas été enregistrée alors que la Plateforme électorale des Osc, grâce au relais de ses moniteurs déployés dans tous les arrondissements du pays, avait fait cas de deux décès à Bantè et Parakou. Face à la presse dans la soirée de ce lundi, 29 avril 2019, la Plateforme électorale des Osc a estimé simplement que le ministre de l’intérieur n’avait pas les vraies informations au moment de sa déclaration. Le Général de division à la retraite, Félix Hessou, membre de la plateforme électorale, a déclaré avoir contacté directement des responsables de sécurité sur le terrain pour avoir confirmation des informations selon lesquelles des morts ont été enregistrés. Selon ses propos, un décès a été effectivement enregistré à Gouka, un village de Bantè après un accrochage entre populations et forces de l’ordre. La victime a succombé à ses blessures, selon le Général qui évoque aussi un cas de décès à Parakou à la suite d’accrochage entre militants des partis. Selon l’homme, les informations remontées depuis le terrain ont été minutieusement vérifiées avant diffusion. Des informations qui viennent contredire le ministre Sacca Lafia qui, très tôt, a voulu minimiser les actes de violence. De toute façon, face au fait, il importe que le ministre s’explique à nouveau sur la situation réelle le jour du scrutin. Pour beaucoup, le ministre aurait fait économie de vérité ou aurait choisi délibérément de ne pas aborder des faits importants tels que l’incendie d’un engin blindé incendié à Savè ; la séquestration d’un capitaine de l’armée pris en otage à Savè, libéré contre la relaxe de huit civils arrêtés le matin par les forces de sécurité. Ici encore, le Général Hessou estime avoir intervenu pour inviter les forces de l’ordre à agir avec professionnalisme pour limiter les dégâts. Qu’en est-il du groupe de jeunes manifestants armés de gourdins, de machettes, de briques et d’armes modernes qui sont passés de poste de vote en poste de vote à Parakou pour disperser et renvoyer les votants et les agents du bureau de vote ? Le ministre Sacca Lafia est vivement attendu pour apporter des clarifications.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite