43ème session ordinaire du Comité interparlementaire de l’Uemoa : Le rapport de la Commission de l’Union, présenté…

565

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans le cadre de la 43ème session ordinaire du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Cip-Uemoa) qui se déroule à Cotonou et conformément aux textes régissant le Comité, le rapport annuel 2018 de la Commission de l’Union a été présenté ce mercredi, 17 avril 2019 aux députés de l’espace Uemoa. Ledit rapport qui renseigne sur le fonctionnement et l’évolution des grands chantiers communautaires a été donc au cœur des échanges à Azalai hôtel…

Le président de la Commission de l’Uemoa, Abdallah Boureima, face aux parlementaires de l’Union, s’est réjoui des intenses activités menées ces dernières années par le Comité interparlementaire pour non seulement préserver la paix mais surtout accompagner les grands chantiers communautaires en vue d’une intégration réussie. Évoquant le rapport annuel de la Commission de l’Union, il a souligné que les activités se sont déroulées dans un environnement international caractérisé par un regain de l’activité économique mondiale, porté par la consolidation de la demande intérieure dans les pays industrialisés et le redressement de la plupart des économies émergentes. La croissance économique dans l’Uemoa a été maintenue à 6% grâce à la poursuite des efforts d’investissements dans le cadre de la mise en œuvre des programmes nationaux de développement agricole, des travaux de construction d’infrastructures de base, de l’apport des industries extractives et des résultats obtenus dans les secteurs du commerce, des transports et des communications. De même, le taux d’inflation des prix à la consommation a été maîtrisé à 0,9% en 2018, largement en dessous du seuil de la norme communautaire de 3%. Il a été enregistré aussi une augmentation des recettes au niveau des finances publiques. Toute chose qui a permis une réduction des déficits publics dans l’Union. « Le déficit global représenterait 4,0% du PIB contre 4,3% en 2017. Le déficit global hors dons représenterait 6,3%  du PIB contre 6,5% en 2017. Quant aux échanges extérieurs des pays de l’Union, ils ont connu une amélioration au cours de l’année écoulée. L’excédent du solde global des pays de l’Union était de 568,3 milliards en 2018 contre 304,1 milliards en 2017. Toutefois, le déficit du compte courant devrait se creuser pour représenter 7,2% du PIB en 2018 en lien avec l’aggravation du déficit de la balance des biens et services. Hors dons, le déficit courant se situerait à 7,8% du PIB contre 8,2% en 2017», a déclaré le président de la Commission de l’Uemoa. Quant à la situation monétaire de l’Union, elle a été marquée par un accroissement de la masse monétaire de 9,8% tandis que le taux d’endettement de l’Union ressortirait à 47,8% du PIB contre 45,4% en 2017.

Des avancées significatives…

A en croire Abdallah Boureima, les activités de la Commission se sont résolument inscrites dans le cadre de sa feuille de route pour la période 2017-2021, en exécution des instructions de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement du 10 avril 2017. Ainsi, des résultats probants ont été enregistrés en ce qui concerne la modernisation de la gouvernance et du pilotage institutionnel ; la rationalisation des charges et des modalités d’intervention des politiques sectorielles de l’Union ; le renforcement de la gouvernance économique et l’application effective de la législation communautaire par les Etats membres. Faut-il également le préciser, des avancées significatives ont été évoquées dans le cadre de la surveillance multilatérale, de la modernisation du cadre de gestion des finances publiques ainsi que les réformes des marchés publics sans oublier l’édification du marché commun. Du développement des échanges commerciaux à la convergence avec la Cedeao ainsi que la consolidation de l’union douanière, des accords de partenariat économique (Ape), des paliers importants ont été franchis. Les progrès quant aux infrastructures, l’aménagement du territoire, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, l’économique numérique, le secteur minier, le partenariat public privé, le secteur agricole, la gestion durable des ressources naturelles, la santé, la paix et sécurité, ont été exposés aux membres du Comité interparlementaire. « L’exercice a permis la revue de 116 textes et 120 projets communautaires d’un coût global de 432 milliards », a ajouté le président de la Commission de l’Uemoa avant d’évoquer les actions menées par les organes de l’Union notamment la Cour de justice, la Cour des comptes, la chambre consulaire régionale, le Conseil des collectivités territoriales, le Conseil du travail et du dialogue social. Autant de performances qui ont bénéficié du dynamise des économies nationales et d’un environnement international favorable, selon Abdallah Boureima. A l’en croire, de grands défis restent à relever notamment la gouvernance institutionnelle, les défis sécuritaires, l’effectivité de la libre circulation des personnes et des biens. Notons que les activités de la 43ème session ordinaire du Cip-Uemoa prennent fin le 24 avril prochain.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite